6-0

Publié le par Labarthe-Piol

Voilà bien un domaine dans lequel on torche les Lyonnais tranquilles, celui des défaites... 6 défaites, soit autant que ces balafrés de la cannebière... oh peuchère, je pourrais avoir envie de résumer en long en large et en travers le match de samedi mais le coeur n'y est pas, le coeur n'y est (presque) plus... malheureusement, celui qu'on a poussé à grands coups de pieds dans le derrière à Stutgart n'était pas là pour réediter l'exploit de l'année passée... et si d'exploit il n'y eut pas, pas longtemps n'a-t-on même pu l'espèrer... un but lyonnais à la 5ème minute, un autre dans les arrêts de jeu sur lequel Lezizi immite un plot d'entraînement et entre temps, un pénalty non sifflé à la 63ème que seul le brassebouillon duluc voit comme une main involontaire et une domination outrageuse des lyonnais...

(et ça vous fait marrer...)

voir JMA exulter en fin de match et parler de deux classes d'écart fait bien entendu mal quelque part mais en même temps, ce n'est pas deux mais plutôt trois ou quatre classes d'écart qui existent aujourd'hui entre les deux clubs... et dire que Fournier parle aujourd'hui de recruter un bon milieu récupérateur sans être certain que les finances le permettent... mais pourtant, on doit bien avoir les 3 misérables petits millions récupérés pour la vente de notre albanais préféré... et puis Ateba qu'on n'a pas prêté à Troyes car, c'est bien connu, il peut jouer le rôle de doublure en mildeuf, mais où se cache-t-il?

(allez Jéjé, fini les tofs'...)

Le seul éclair dans ce marasme? la belle rentrée de Cristian Rodriguez... un milieu technique et vif... Problème, il joue en lieu et place du propriétaire du coeur du PSG, ci-après Jéjé Roro qui tarde à retrouver son allant et qui ferait bien de mettre autant d'entrain à déborder et centrer qu'à faire des tours d'honneur du parc... En tout cas, Fournier est toujours en place... je ne donne pas cher de ses prochaines semaines à la tête de l'équipe et lui clame déjà qu'il faudra finir par deux victoires contre Rennes et à Ajacccio... cela rappelle tristement l'époque du Luis lorsque ce dernier ne faisait que se projeter dans les victoires virtuelles à venir après des performance d'un piètre accabit... il est temps que Paname se réveille parce que gare, l'hiver a déjà frappé à notre porte...

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article