Le jour où je suis né…

Publié le par Ben Labarthozic

L’heure est grave. Les commentaires sont au niveau bas. Mes connaissances ont arrêté de me chambrer sur les résultats du PSG, c’est pire, ils semblent avoir de la compassion. J’ai peur que ce soit le stade ultime avant l’évitement total, la peur que le fait de supporter le PSG soit une maladie grave qui pourrait être contagieuse… Ce matin, mon homme de ménage avait le regard sombre en me croisant dans la cage d’escalier… Le moral semble donc au plus mal. Les joueurs de Paname s’entraînent sous bonne garde policière. C’est peut-être la solution finalement pour qu’ils soient mis en situation et se sentent toute la semaine comme un soir de match au Parc… en attendant, Lolo le Dingue fait ses valises et s’arrache des griffes des crocodiles nîmois… Personne ne se souvenait d’ailleurs qu’il avait atterri là-bas… six matchs, 3 nuls pour 3 défaites, de quoi persuader ceux qui en doutaient encore que Fournier est un aussi bon technicien qu’il est sympathique, c’est dire. De quoi être persuader que finalement, sa succession par la Moustache nous aura au moins permis de ramener une coupe de France face à l’OM, c’est toujours ça de pris. En même temps, je connais certains supporters de Paname qui seraient prêt à voir Luison reprendre le club… Il y en a donc encore sans doute qui vivent dans l’illusion qu’à l’époque où Fournier entraînait, tout allait bien au PSG…

mexico86.jpg 
(quand le PSG était champion de France...)

Alors puisque tout va mal, j’ai décidé de faire une petite marche arrière et d’éviter le sujet. Ne vous inquiétez point, tout ceci est bien temporaire et dès demain, je ne manquerais pas de vous balancer le classement anglais en pleine poire… Mais carpe diem, je parle de moi… et moi, né un 9 mai 78, trop jeune pour avoir vécu le traumatisme Séville 82 en direct, je suis né au foot au Mexique, un soir torride d’été 86. Ce soir-là, le héros s’appelait Luis Fernandez. Depuis, le monsieur a mal tourné. Il a fini entraîneur du PSG avant de sombrer sur RMC. La boucle est bouclée. Dominique Le Glou était aux manettes mais lui, il n’avait pas attendu les années 2000 pour mal tourner. Voilà comment, trop jeune pour faire l’album d’Espana 82 et de sa mascotte Najanra, j’ai débuté dans la vie avec Pique et Mexico 86… Putain, et moi qui déteste la nostalgie et les années 80… décidément tout va mal… en même temps, certains qui m’ont suivi sont nés au foot avec Tapie, l’OM et Footix pour mascotte Panini. Pas trop de raisons de se plaindre donc…

 

 
 
Pour découvrir un nouveau blog:http://www.clickoblog.com/auracf87827895ed2bc9854

Publié dans paris-santa-blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article