Cours vite

Publié le par Ben Labarthozic

9 matchs à jouer pour 10 pions à prendre. Il y a peu encore, il restait 12 rencontres et l’on demandait à Paname de ramener 11 pions pour accrocher la barre mythique des 42 points, théoriquement salvatrice pour un maintien en Ligue 1. Après le classement anglais, PSB, toujours proche de ses lecteurs, innove un nouveau calcul pourri pour voir la vie sous un autre angle. Chaque veille de match, vous trouverez le nécessaire à Paris, par match, pour qu’il assure sa survie. Avant la rencontre en terre lyonnaise, notre calculette indique que 1,11 point doivent être durement engrangés. Vous le savez peut-être déjà mais le nul ne rapportant qu’un point, il faudra donc arracher la gagne dimanche prochain (je vous avais prévenu que c’était un calcul pourri…). C’est en tout cas l’occasion pour moi d’écrire un post vite fait mal fait…

(ambiance détente...)

Outre ce mode de calcul inédit et cette vision du football innovante et révolutionnaire, digne des journaleux du Parisien, difficile de passer sous silence l’altercation pagnolesque ayant eu lieu dans les vestiaires marseillais à la mi-temps du match de coupe de France. Gerets aurait violemment chopé Ziani par le colebaque pour lui dire qu’il ne respectait pas ses compagnons. Ce à quoi ce dernier aurait rétorqué qu’il n’était pas le seul. On ne peut pas tout à fait lui donner tort mais il est juste de rappeler que l’ancien sochalien n’est pas un joueur très fortiche depuis son arrivée. Acheté 7 patates et des brouettes, le niveau du bonhomme oscille entre celui du crapaud-viesa et d’Akale. Un peu plus de 10 patates et des salaires rutilants pour un beau trio de brèles. Quand on voit comme on a nous a fait chier pour Baning acheté pour une demi-barre… au rayon différence de traitement, on attend en tout cas de voir comment Gilles Verdez qualifie l’attitude du tortionnaire Belge, lui qui avait été si prompt à prendre la défense des frères micket Déhu et Fionrose face à l’intolérable joug du dictateur bosniaque. En l’occurrence, on saluera sans doute le courage du coach marseillais qui colle si bien au ton local… et si vous n’étiez pas encore sûrs de cette différence de traitement, je vous renvoie aux notes de l’Equipe sur le match d’hier (voir d’ailleurs le dossier d’All PSG sur le sujet). Alors que suite à la déculottée face à Tel Aviv, les 2 et les 2,5 fleurissaient sur la feuille de match de Paname, Bonnart réussit l’exploit de s’en tirer avec un 7 suite à la défaite en terre Carquefolienne… d’ailleurs, quasiment pas un joueur en-dessous de 3,5 et un Carasso volant noté à 5… on comprend mieux comment les joueurs de l’OM se retrouvent aussi vite chez les bleus…

Pour le reste, pour ce qui est des brèves, la Moustache serait sur Landru pour le Stade Rennais. Nous sommes assez mauvais pour accepter de leur vendre. On notera également l’interview de Fred, se disant flatté de l’intérêt du PSG et qui espère que les dirigeants « auront compris et respecté son choix ». Le respect, une notion bien iconoclaste chez le footeux et dont l’évocation indique bien souvent que les dinars ne sont pas loin. D’après le petit dico PSB, on retrouve le respect à bien d’occasion dans la terminologie footbalistique. Exemples : Déhu : « Ils n’ont pas voulu m’augmenter, ils m’ont manqué de respect, c’est pour ça que je suis parti à l’OM ». Cana : « ça fait deux matchs que je ne suis plus titulaire et le coach ne m’a donné aucune explication. On m’a manqué de respect. Je pars à l’OM… ». Fionrose : « Vahid a refusé de me donner à manger. Il m’a aussi regardé méchamment en disant que je gagnais trop d’argent. Je suis parti à l’OM… ». Le respect, ça se paye. L’amour du maillot, aussi. Et l’on a les joueurs que l’on mérite…

 

Pour découvrir un nouveau blog: http://www.clickoblog.com/auracf87827895ed2bc9854

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Ben Labarthozic 22/03/2008 10:26

Sans être aussi extrême que cet illuminé d'Iron, je crois qu'il a un peu raison quand même. Et même que vous êtes un peu fous! Autant l'année dernière nous arrivions à être présent lors des "gros" matchs mais ce n'est pas le cas cette année (défaite au vél', correction à bordeaux, défaite sans discussion possible contre l'OL à domicile...). J'ai bien peur que dimanche, un nul soit déjà une bénédiction...

Iron 21/03/2008 20:15

Bande de fous, on va se prendre une branlée 4-0 et le maintien se jouera lors des 3-4 dernières journées. C'est toujours ainsi!

Ben Labarthhozic 21/03/2008 18:51

Brahim, je ne peux pas être d'accord avec toi. Déhu est resté 4 ans au PSG et c'est bien Vahid qui a fait "Capitaine Courage". L'année d'avant, Fernandez était l'entraîneur, le même Déhu avait refusé le brassard de capitaine et préférait rester en tribune au motif qu'on le faisait jouer en défense centrale plutôt que milieu défensif. A cette époque, le joueur était sur le point d'être transféré à Tottenham et je tiens pour certain que pour la plupart des supporters, son départ serait passé inaperçu. La preuve que Vahid a fait Déhu? Le joueur est redevenu moyen, voire mauvais la saison suivante. C'est d'ailleurs vrai pour la plupart des joueurs qu'a coaché le sorcier Bosniaque (je veux dire, c'est quand même grâce à lui que Merdy a goûté à l'équipe de France, pourrait-on encore imaginer cela aujourd'hui...?). Dommage que le joueur n'ait pas fait preuve du même respect envers son coach, il aurait pu y prétendre lui-aussi (à l'équipe de France).

brahim 21/03/2008 18:38

Au sujet de dehu,c'était bien une question de "respect" mais l'embrouille ne portait pas sur une augmentation mais sur le refus de vahid de maintenir son salaire (150.000) autant dire un pretexte pour faire de la place a super-mario (et ses 240.000E!!!!!) qui malgré son talent  il faut bien l'avouer n'a jamais égaler "capitaine-courage"!

tedik 21/03/2008 14:55

Tout pareil; tous devant nos écrans dimanche soir pour assister à une énorme surprise...Une victoire parisienne 1-0 sur un but de Diané.