Nous sommes tous des Parisiens

Publié le par Ben Labarthozic

Que voulez-vous, je n’y peux rien, les incantations lyriques du moustachu Thieriez m’inspirent… et vu le match qui nous attend tout à l’heure, il y a tout intérêt à ce que tout le monde joue pour la même équipe. Y compris l’arbitre si ça lui plait. Après tout, dans la gigantesque machine médiatique à broyer du parisien, combien ont-ils été depuis quelques semaines, du pathétique Franck Dumas au triste sire Patator, à nous prédire un arbitrage « maison » pour le PSG… cela serait d’ailleurs inédit dans l’histoire de notre championnat mais soyez certains qu’on en entendrait parler, beaucoup plus en tout cas que d’autres statistiques, bien plus réelles celles-ci mais bizarrement moins souvent citées… qui sait, peut-être vais-je être invité à l’Elysée pour mes travaux. Je veux dire, soyons lucides, Givré Martel, Jean-Pierre PAP1 et… Ben Labarthozic valent bien tous les Dalaï Lama du monde, c’est dire la gravité de l’ « affaire »…

D’autre part, voir tous ces concurrents directs de Paname, de Ginestet au toujours clownesque Pap1, réclamer des sanctions exemplaires pour le PSG est assez répugnant. Le président de Strasbourg dit qu’il serait étonné que « le principe deux poids deux mesures » soit appliqué. Et pourquoi pas ? Après tout, Paris est victime de ce fameux principe depuis la nuit des temps. J’ai déjà évoqué les propos lensois sur l’arbitrage à la fin du match de samedi. Ceux-là sont étrangement passés à la trappe. Et que dire de la énième sortie d’Anigo chez les Merlus, se lançant dans une diatribe à l’encontre du corps arbitral pour un pénlatoche pourtant évident. Il faut dire que le football et Anigo n’ont jamais vraiment été copains donc… et après tout, pourquoi se priverait-il ? Quand les dirigeants olympiens conchient l’arbitrage après le match contre Rennes, on ne parle pas de sanctions à appliquer mais au contraire, c’est bien une campagne de presse pour dénoncer ces multiples erreurs que l’on lance…

Classement Nombre de matchs restant Points théoriques nécessaires Résultat impératif pour espérer y croire
19ème 8 11 Victoire


Pour revenir à nos canards, plus que quelques heures avant de savoir à quelle sauce nous allons être mangés. Pas besoin de s’appeler Didier Derlich et de faire dans l’incantatoire pour savoir que la victoire est nécessaire. La même équipe que samedi sera reconduite. C’est-à-dire Ceara à droite accompagné du puissant ailier Chantôme. Je n’ose même plus m’exprimer à ce sujet mais au moins, Popol devrait être là… alors maintenant, on croise les doigts et sait-on jamais, sur un malentendu, ça peut toujours passer. J’ai juste une petite question qui me tarraude. Vaut-il mieux faire un nul ou une défaite ou bien privilégier une victoire, qui nous ferait remonter au-delà la ligne de flottaison mais qui aurait pour effet néfaste de conforter les tenanciers de la Ligue 1 de nous ponctionner d’un point. Histoire de montrer qu’on en a dans le falzar…

 

Pour découvrir un nouveau blog: http://www.clickoblog.com/auracf87827895ed2bc9854

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Ben Labarthozic 02/04/2008 18:24

Smoothie, I agree. Je voulais surtout souligner que je suis à peu près certain que la décision qui sera prise sera impactée par le score de ce soir. Quant à Pap1, bizarre également qu'il n'ait pas feinté la réception d'un jet de canette, histoire de refaire jouer le match. Nous, quand on a essayé d'intoxiquer toute l'équipe avec de l'ammoniaque au velodrome, tout le monde a préféré rigoler sur le folklore marseillais... que veux-tu, c'est la vie comme ils disent...

Smooth 02/04/2008 17:09

3 points moins une ponction, ça fait donc 2 nuls. Je signe donc pour une victoire avec un but de Pierre Michel et un doublé de Diané...Et oui, ce soir le porte bonheur du PSG aka Codor est de retour au Parc...La dernière fois c'était contre Metz, on peut donc y croîre. JPP, on peut ressortir ses buts lorsqu'il jouait en Belgique avec un bras d'honneur adressé systématiquement au KOP adverse pour célébrer ses exploits, j'ai été surpris qu'il ne refasse pas ce geste technique sur le perron de l'Elysée.