Signé Riolacci

Publié le par Ben Labarthozic

L’homme par qui le scandale arrive a encore frappé. La moustache frétillante et le verbe haut, celui face auquel la justice se redresse comme un i a parlé (malheureusement). La sanction est donc tombée et nous pouvons décemment parler de scandale à son endroit. Une exclusion de la coupe de ligue et c’est finalement ce que l’on était le plus à même d’attendre de cette commission dont le courage est bien sa dernière caractéristique. Mais ce n’est pas parce que l’on manque de courage que l’on en perd toute lucidité, bien au contraire en fait. Trop conscient des enjeux en cours, de l’impossibilité de tuer la poule aux œufs d’or médiatique qu’est le PSG, on avait bien fait les choses en s’assurant que le FC Metz ne subisse finalement pas de retrait de points. Le terrain était donc préparé mais il s’agissait quand même de frapper (et oui, pour montrer qu’on en a quand même un peu dans le falzar). Et si possible, frapper fort. Quoi de mieux dès lors, que de barrer les portes de la compétition à Paname pour la prochaine saison ?

(idéal pour animer vos mariages et bar-mitzvah, il fera rire tous vos convives)

Le problème dans tout ça, c’est qu’un mois s’est écoulé depuis que la banderole a fait son apparition. Qu’entre temps, la France qui a bien voulu ouvrir les yeux s’est rendu compte que ce genre de pratique était (on peut le déplorer) monnaie courante dans les travées de la Ligue 1. Que cette banderole n’a jamais été vue en direct par les millions de téléspectateurs et que son « existence » a pris fait et corps dans l’imaginaire collectif qu’à partir du moment où les médias ont bien voulu la rendre « réelle ». Qu’enfin, dans l’intervalle, les Boulogne Boys ont quand même été dissous. On pourrait ajouter à cela que depuis, Jean-Marc Furlan a fait la sortie que l’on sait sur les « macaronis », une déclaration que les médias de tout crin ont considéré être un « détail de l’histoire », étant entendu que la commission de Riolacci n’a pas jugé bon de traiter même l’affaire. Dans ce contexte, on peut (une nouvelle fois) parler de « deux poids, deux mesures » puisque l’on sait déjà que cette décision, inédite et sans doute sans suite, fera l’objet d’une nouvelle jurisprudence PSG sans lendemain. Le fait que Riolacci ait cru bon de faire un distinguo ‘subtil’ entre xénophobie et racisme ne fait qu’ajouter un peu plus de vacuité à la honte et l’opprobre dont se couvrent ces mecs-là depuis des lustres. D’abord parce que Riolacci n’est pas subtil. Ensuite parce qu’il était déjà le seul capable à faire la nuance entre les cas de PIF et Djibril Cassé. Parce qu’il était aussi le seul à même de nous expliquer que « bien que l’entraîneur Parisien n’ait échangé aucun propos impoli avec l’arbitre, il était impossible de ne pas tenir compte du contexte télévisé de la rencontre ». L’entraîneur s’appelait Vahid et avait eu le malheur de toiser l’arbitre Sars. Il lui en a coûté deux mois… les temps ont bien changé. Mais ce qui est encore plus fort, à la lecture des différents médias, c’est qu’on en viendrait à croire que cette sanction est clémente (Clément, aucun jeu de mots avec ton commentaire d’hier) au prétexte que le retrait de points n’ait pas été brandi. Mais au nom de quoi eut-il seulement dû être prononcé ? D’un racisme régional ? Pourtant, des gens (Elie Baup, Sadran) jugent que la lutte pour le maintien doit se jouer sur le terrain. C’est pour le moins bienvenu.

Pourtant les Toulousains en ont après nous. Et dans ce concert de reproches faits au PSG, le dernier en date serait le regain d’intérêt de nos dirigeants pour leurs joueurs vedettes (Elmander, Emana). Peut-on vraiment leur donner tort ? Autant l’ébrouement dont avait fait preuve Dieuze m’était apparu assez pathétique, autant les pratiques dénoncées ici s’accorderaient assez biens avec celle du Moulin. C’est qu’on l’imagine assez bien imitant les appels du pied de son sosie au sochalien Ziani à la veille d’une finale de coupe de France. Encore une fois, loin de moi l’idée de sombrer dans l’auto-flagellation et, pour tout dire, les sorties Toulousaines ont grosso-merdo eut le don de m’irriter dernièrement. Pour autant j’espère qu’on fera l’économie d’activités border-line que l’on réprime par ailleurs.


(l'oeil du Tigre... sur son canapé devant sa TV)

En revanche, les Violets ne pourront pas nous accuser de ne pas venir avec nos forces vives. Nous voici au pied d’un Everest, le tout sans pouvoir aligner Roro (aperçu il y a deux jours au resto qui jouxte le Parc des Princes et qui riait à gorge déployée… une chance d’être d’aussi bonne humeur par les temps qui courent…) et Fantôme. Un peu comme si l’on demandait à Christophe Basson de grimper le Ventoux sur un tricycle. C'est con, Roro voulait vraiment jouer. Mais c'est la faute au staff médical s'y peut pas... ah... Donc, oui, plus que jamais, le nul serait méritoire demain soir. J’ai cru comprendre que La Gouïne voulait transformer son 4-2-3-1 en faveur d’un système plus défensif. Allez savoir ce que cela veut dire. En revanche, je connais la capacité de nos joueurs à tenir un résultat, aussi « nul » soit-il. Et ceci n’est pas de très bon augure. Heureusement, nous pourrons compter sur le meilleur d’entre tous. Pierre-Michel. Un Pedro dont l’interview chez Luis hier soir aura pu mettre les supporters en joie. Niant tout retour chez les girondins, le bougre n’exclut pas de rester à la maison. Il aurait en effet eu le temps de bien souffler cette année et serait frais et dispo pour la saison à venir. Je dis banco. Et je dis même qu’on devrait lui dresser une statue. Paulet’ n’est peut-être pas à faire dix tours d’honneur après chaque match mais lui, au moins, est présent pour les matchs importants…
 

PS : ce matin, j’étais interviewé sur Radio France Bleu IDF à 8h47. J’ai été prévenu la veille au soir mais j’ai quand même voulu faire plaisir à Stardust Chris en allumant JPP et Francis Lalanne… si l’un de vous trouve le podcast, je suis preneur…
 

 

Pour découvrir un nouveau blog: http://www.clickoblog.com/auracf87827895ed2bc9854

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Fernandez mais pas Luis 02/05/2008 16:47

D'habitude j'essaye d'être plus constructif mais là, qu'une chose à dire : excellent article !