6 / 7

Publié le par Ben Labarthozic

Ca, c’est une stat en barre. Ce matin, les journalistes pointent du doigt le fait que le gardien du temple français se soit mangé 7 buts sur… 7 tirs cadrés. Et moi de crier non, de hurler désinformation ! J’ai vu le match hier, confortablement installés avec JerC à picoler (un mal nécessaire devant les matchs de Raymond). Et par conséquent, j’ai également vu « le » but. On passera outre le rhume attrapé par BoomBoom sur ce coup-là, en se demandant tout juste si une charnière ZoomZoom-BoomBoom, en dehors de l’intérêt lexical, aurait un intérêt sportif pour la défense du PSG. On s’attardera en revanche un peu plus longtemps sur le but encaissé par nos grenouilles. Car je n’ai pas vu un tir cadré hier soir, mais bien un tir rabattu par l’entrejambe de Mandanda. Ce qui ne nous fait pas 7 tirs cadrés mais bien… 6. Et très franchement, du côté de Paname, on en connaît d’autres qui ont payé cher leur tribut à la nation pour des buts autrement moins casquette (comme ils disent dans le jargon…) que celui d’hier soir. On nous a rabattu les coucougnètes pendant des semaines pour nous raconter que le but encaissé par Landru contre l’Ecosse était une erreur monumentale. On ne sait que trop bien ce qu’il advint du pauvre Micka. Ce matin, j’aimerais savoir comment s’écrit l’avenir du petit Stève au pays de Raymond. C’est pas tant qu’à PSB nous pensons que le bonhomme n’ait pas sa place en sélection, il est indiscutablement très fort. C’est juste qu’on se demande encore comment un type comme Landru a pu se faire au pilori quand d’autres se prenaient des pions pour un projecteur trop brillant. D’autre part, on a peut-être un peu oublié qu’à quelques exceptions près, l’EDF attendait bien souvent le poids des années. Il a quand même fallu attendre 98 pour que Babar finisse par détrôner le roi Lama (qui lui, pourtant, n’était pas cracheur) quand bien même il fût champion d’Europe en 93… Ce constat vaut d’ailleurs pour des jeunots de la trempe de Benzéma. On pouvait bien se marrer de voir Guivarch’ à la pointe de l’attaque championne du monde mais à cette époque, Titi et Trézégol se brossaient encore le marlouin sur le banc… Ce n’était peut-être pas complètement innocent.

Du côté de Paname, on apprend ce matin que Yannick Boli était proche du… Havre. De San Bernabeu à Jules Dechasaux, Bobol ne devrait pas être trop dépaysé. Jusque là, la blague aurait pu nous faire marrer. Quand on apprend qu’une option d’achat est attachée au prêt, c’est déjà beaucoup moins la marrade. Franchement, le Boli, j’y croyais. Aujourd’hui, on peut vraiment se demander quelle est la cohérence de ce club, à la fois vis-à-vis de ses jeunes mais au-delà de ça, du simple coaching de la Gouïne. Ce dernier n’avait pas hésité à s’opposer à l’oncle Boli pour raconter que le joueur aurait sa chance. Un PLG dont on se demande s’il ne perd pas la boule(i). Ce dernier déclarait hier qu’il « lisait la presse et trouvait cela instructif ». Il indiquait aussi que des jeunes joueurs (i.e. Makonda et Maurice) auraient bientôt leur chance. Comme Boli sans doute… Et Partouche ? Il devient quoi Partouche ?

Sinon, il paraît que JPP devrait commenter le match Schalke 04-PSG sur Direct 8. Quand Direct 8 fait de la Télé Réalité : un coach au chômage en partie du fait du PSG va se mettre à commenter le match de ces derniers. Ca a de la gueule. JPP, de son côté, espère peut-être suivre une trajectoire à la Dugarry : être meilleur consultant que joueur. Ca aurait été moins difficile s’il s’était contenté d’être meilleur commentateur qu’entraîneur…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Clément 17/10/2008 16:05

Sans doute as tu raison Tedik sur la seconde partie de ton post.Mais étant quasi célibataire ces dernières semaines, j'ai plus de temps que de raison à consacrer aux médias sportifs : je peux te dire que Mandanda en a pris pour son grade !!!Moi, perso, je commence à me dire que ce serait bien qu'il nous le laisse que pour nous, et que Raydo ne casse pas notre superman...

tedik 17/10/2008 11:05

L'ami Mandanda se l'est planté tout seul, ce but. Il a fait une erreur et personne ne l'a soulevée - je ne comprends pas la clémence dont il fait l'objet alors que d'autres, comme Ben le soulignait, on perdu le maillot bleu pour moins que ça. Et samedi, sur le deuxième but roumain, il fait quoi, Mandanda? Il regarde. Il ne sort pas, mais tout le monde s'en fout. On pointe du doigt la défense, et c'est légitime, mais le fait de foutre un gus qui n'a rien à faire dans les cages bleues (du moins pas encore) n'est pas étranger à notre perméabilité...