Ciao Bouboule

Publié le par Ben Labarthozic

Cette fois, c’est fait. Et on a même eu l’explication de notre maître incontesté à tous, ci-après le sieur Villeneuve. La jeunesse et la fougue de Yannick Boli vont se barrer et faire le bonheur du club doyen de la Ligue 1. Bien entendu, le bonhomme a statistiquement beaucoup plus de chances de connaître une destinée à la Chiguy Lucau qu’à la Nicolas Anelka mais tout de même, ce transfert nous laisse un goût amer dans la tortorre. C’est pas tant que l’on réclamait du temps de jeu pour Bouboule, après tout, il faut bien occuper les salaires grassouillets des Pancarte, Péguy et autres… (comment s’appelle-t-il déjà ?)… Kezman. Mais tout de même, était-il besoin de nous seriner sur le blocage de Boli au prétexte que ce dernier était un jeune plein de talent dont l’avenir s’écrivait en PSG ? Bien sûr que non puisqu’il suffisait d’aligner quelques pécos de plus pour s’attacher les services du joueur. Voilà donc à quoi tient la relève de Paname dans un secteur pour lequel il faut bien admettre que la ruine est totale (ou presque) depuis quelques saisons. Au point que l’on peut forcément se demander la pertinence de continuer à persévérer dans cette veine. Sur les dix dernières années, était-i vraiment nécessaire de dépenser autant d’énergie pour au final ressortir un Clément Chantôme, avoir laissé filer un Abriel et avoir racheté Anelka 40 fois son prix, avant de le revendre moitié moins un an plus tard… c’est vrai que dans cette histoire, on avait quand même récupéré Alioune Touré mais quand même… quand en plus, on se dit que le dernier coach à avoir sorti des talents au PSG s’appelait Lacombe, on voit bien que le phénomène n’est pas prêt de se reproduire de sitôt. Et pourtant, un Boukari Dramé nous aurait fait grand bien quand on sait que samedi prochain, ce sera Rothen qui se coltera le flanc gauche de la défense. Et à moins que ce dernier soit capable de s’occuper de tout le flanc à lui tout seul, on sait bien que devant lui, ça sera un grand boulevard qui risque bien de rester désert 90 minutes durant…

 (le remède anti-jeunes? des vieux au pouvoir...)

Finalement, le seul avantage à ne pas avoir trop de joueurs, c’est la garantie de ne pas avoir de débordements sur le terrain. On n’a que trop entendu depuis hier le mal fait par ces « hordes » de siffleurs peuplant nos stades… Escalettes le couard n’aura pas manqué de nous gratifier d’un revirement Domenechien à propos de cette bordée de sifflets. Ce dernier qui déclarait après le match que cela aurait pu être pire, annonçait le lendemain que le Conseil Fédéral était « ulcéré et écœuré » par les sifflets sur la Marseillaise. Pendant ce temps, le sélectionneur était reconduit dans la plus banale réalité de notre pauvre football français. Au pays des footix, les médiocres sont les rois. Après que Bernie Laporte se soit fendu du souhait de voir les matchs joués contre les pays du Maghreb en Province, Il faut croire qu’au ministère des sports, la règle est la même. D’un sélectionneur dégueulant son Euro à un autre salopant sa coupe du monde, il y a encore de la place pour les mauvais.

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Parigi Mancino 17/10/2008 00:13

P'tit article sur les sifflets que tu évoques :phttp://parigot.over-blog.com/article-23767778.html

Smooth 16/10/2008 22:46

Comme quoi même avec des Croc' Roses, on peut quand même déraper !

brahim 16/10/2008 21:32

Et roselyne bachelot va encore plus loin "ne plus jouer de matchs amicaux avec le maghreb"!!! Que ça soit à l'ecologie ou ..........je sais meme plus ou elle est, la roselyne continue de nous sortir des conneries plus grosse qu'elle.Le plus bizzard dans tout ça, c'est qu'on ne parle pas des ritals,pourtant.....