En passant

Publié le par Ben Labarthozic

Bon, inutile d’en faire des caisses sur la prestation parisienne d’hier soir, on aura tous compris la mascarade. N’empêche, ce qui était prévu est donc en passe de se réaliser. Et je ne parle pas là de la défaite infligée hier soir. Non, je parle bien entendu du pari (j’aurais pu dire Paris si j’avais été journaleux à l’Equipe) perdu de la Gouïne. Si ce dernier voulait préserver ses forces vives pour le match de dimanche, on espère que cela aura marché car pour le reste, le bonhomme et le PSG avec lui ont perdu beaucoup dans l’histoire. Manque de shoune, les autres équipes françaises ont gagné pendant que Paname se vautrait, ajoutant ici et là aux sarcasmes auxquels ce club est la victime toute désignée, quand il ne s’offre pas en victime expiatoire. Car le résultat d’hier, c’est quoi concrètement ? En dehors d’une défaite et d’une dernière place de poule d’une coupe qu’on voulait pourtant absolument jouer, c’est surtout un maximum de pression pour le classico de dimanche. Désormais, on a un peu envie de dire au Paulo qu’il ferait mieux de ne pas se déchirer. Parce que pour sûr, ce n’est pas hier que les joueurs se sont mis en confiance ou ont appris à se connaître. Les automatismes n’auront pas été parfaits, c’est le moins que l’on puisse dire. On aura pu aussi constater que Chantôme n’était pas ailier droit, pas plus qu’Arnaud n’est ailier gauche. D’ailleurs, quitte à faire n’importe quoi, PLG aurait pu aligner un 4-2-3-1 dans lequel Chantôme aurait joué à la mène, et même Arnaud à droite, son vrai poste ! Ca n’aurait rien changé mais on aurait au moins eu l’impression d’aligner un système qui marche. A voir la gueule du buteur hier, on a aussi compris que ça devait être la grande sauterie dans le vestiaire parisien sur le trajet du retour. Enfin, comment peut-on aujourd’hui juger la prestation du Batman ? Bien sûr, le joueur a loupé de grosses occaz’ mais pour le reste, que dire d’un type qui joue dans une équipe où les joueurs ne se connaissent pas. Là-aussi, pour finir d’achever un joueur, on n’aurait difficilement fait mieux. Par ses choix, La Gouîne signifie clairement au bonhomme qu’il est tout juste bon à jouer les matchs avec les p’tits jeunes. Des p’tits jeunes dont, disons-le clairement, la titularisation hier n’avait rien à avoir avec celle contre Valenciennes la saison dernière. Alors que le choix de Paulo pouvait s’expliquer l’année passée par la volonté de sanctionner tout un groupe, et ses cadres avec, suite à un match merdique à mort contre Rennes, cette raison ne peut être invoquée ici. Plutôt que de tenter de prolonger un semblant de dynamique, Popol aura donc décidé de briser tout cela. En dehors du résultat, c’est bien cet air de n’avoir rien à carrer de l’UEFA qui est préoccupant (je rejoins tout à fait le point de Tedik à ce sujet). Merde, nos joueurs sont-ils à ce point en bois qu’ils ne peuvent pas aligner 2 rencontres dans la semaine ? Le Guen aurait-il décidé de privilégier la coupe de la ligue au détriment de l’Europe ? On ne lui demandait pas d’aligner un 11 type, il aurait pu faire souffler quelques joueurs (Woaro, Rothen…) mais pourquoi ne pas profiter de ces matchs pour peaufiner sa défense ? Bon allez, j’arrête là, La Gouïne a (quasiment) eu tout faux hier. Ce dernier prétend pourtant connaître le club et son environnement. Il aurait dû anticiper la réaction de journalistes qui ne manqueront pas de le rattraper en plein vol quand sera venu son heure d’être jugé. Avec l’OM, il a une chance en plaqué-or de repousser l’échéance, ça sera probablement sa dernière. Parce que dans le cas contraire, presse et probablement supporters, ne le lâcheront plus. Et en tant que connaisseur du milieu parisien, il devrait savoir que quand la machina s’emballe…

(le Kaïzer de retour sur le banc pour la deuxième mi-temps, ou des effets de la causerie de PLG sur les hommes...)

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article