J’y ai toujours cru

Publié le par Ben Labarthozic

Quel match, quel système, que de grands joueurs alignés hier soir sur la pelouse du vélodrome. Et Dieu qu’il est difficile, paradoxalement d’écrire un post où tant de sentiments sont mêlés. Je vous rassure, c’est bien joie qui prédomine ce matin, et qui pourrait même confiner à l’onanisme perpétuel, ou au moins jusqu’au prochain match. Et en même temps, que dire, qu’écrire, après s’être autant trompé dans son analyse ? Je ne vous la jouerai ni Duluc ni Menès, je suis bien trop mauvais journaliste pour atteindre un tel degré de mauvaise foi. Alors oui, je le concède à nouveau devant vous et bat honteusement ma coulpe, cette victoire, je n’y croyais pas. Pour tout dire, l’égalisation est arrivé sur ma télé comme ça, comme un petit miracle, à 2 partout, je nous voyais en encaisser un autre et même à 4-2, 88ème, je continuais de penser qu’il vaudrait mieux ne pas s’en prendre un pour éviter la furia marseillaise. C’est sans doute ce que l’on appelle la force de l’habitude…


(le seul homme à avoir des bras aussi longs que le corps de Valbuena...)

Ce matin, La Gouïne a donc tout bon, un système offensif qui a rempli son office, des joueurs frais et dispos après l’impasse faite à Schalke, bref, PLG est un génie. C’est en tout cas ce que ne manquera pas de souligner la presse et les « spécialistes » dans les jours à venir. Voir. Les observateurs du futchebol, parodient en cela les économistes. Ils sont très bons pour vous expliquer après pourquoi les choix du coach ont été bons avant. En ce sens, on retiendra l’intelligence de la Pégu’ (qui, à défaut, de son jeu, ne l’a jamais quitté). A la question des sbires de RMC sur le pari tenté par Paulo en Allemagne, le joueur s’est contenté de répondre que si Paname avait perdu, le bonhomme eut été un guignol. Il a gagné, il est génial. La vérité est pourtant au milieu. Je dois le concéder, ma croyance dans le coach breton s’est considérablement amoindrie dernièrement au point d’avoir un le stade de (presque) non-retour. Quelques victoires seront donc nécessaires pour lui redonner un crédit qu’il n’aurait jamais dû perdre… Ainsi en va-t-il de son système en 4-3-3. Est-ce véritablement viable ? Paname a fait preuve d’un réalisme insolent hier soir. Pour le reste, la maîtrise de balle n’a pas été son fort, abandonnant le ballon plus d’une fois qu’à son tour. M’est avis que cet état de fait trouve pour grande partie ses origines dans ce milieu en triangle. Mais là aussi, je suis prêt à me faire clouer au pilori et fermer la boutique si ces expérimentations conduisent à des victoires aussi significatives que celles d’hier. D’ailleurs, et pour pousser l’acte de contrition jusqu'au bout, à PSB, nous avons assez tapé sur la caboche du breton et ses choix de recrutement pour reconnaître qu’hier, ce sont « ses » joueurs qui ont fait la différence. Ainsi en va-t-il de Luyindula et de… Woaro. A défaut de n’avoir pas su croire en Paulo, nous aurons au moins cru en Woaro (d’ailleurs, FMPL, dans ses commentaires était encore d’accord avec moi à cette époque ;-)), ce dernier étant encore sifflé au parc et vilipendé par la presse nationale il y a encore trois semaines pour son supposé manque de réalisme. Il est quand même dommage de devoir attendre un classico devant la France entière pour comprendre que cet albatros possède un abattage et une maîtrise telle que la comparaison avec Peter Crouch en est insultante. Mais que voulez-vous, les deux grands steaks ont la particularité d’être haut sous la toise. C’est dire, encore une fois, jusqu’où est poussé le sens de l’analyse de nos pisse-lignes… ajoutez à cela un état d’esprit irréprochable au gamin et vous aurez un anti Ben Arfa. D’abord parce que ce dernier est un lutin (dixit l’Equipe…) et qu’il n’a pas daigné jouer le match hier soir…

Parce que l’autre source de jouissance réside bien dans les conséquences du résultat d’hier. Cette joie relève bien sûr du plaisir le plus primaire, stade rarement dépassé par notre statut de supporter du PSG… voyons-voir, la révolution marseillaise en tête de L1 a été repoussée aux calendes grecques, le clash Ben Arfa-Gerets est venu comme un bonus (d’ailleurs, Gerets nous aura fait un joli cadeau en suivant les recommandations de Jipépé dans l’Equipe d’hier) et je ne vous parle même du petit bonheur simple que fût l’interview de Mamad’ ‘Kamini’ Niang en fin de match. Ce dernier couinant parce que le tournant du match s’était situé (selon lui) au moment où un pénaltoche flagrant n’avait pas été sifflé en sa faveur. Le bougre a même rajouté que « de toute façon, on peut pas prendre le ballon à Woaro car selon l’arbitre, il y a toujours faute ». Pour un mec qui joue dans l’équipe de Valbuena, c’est plutôt mal venu. Quant au péno d’une « évidence publique », faut voir. Nier le contact reviendrait à me confiner une cécité que je n’ai pas. De là à parler d’une faute indiscutable… On veut bien que ZoomZoom soit fort comme Hercule mais qu’une simple pression du bras ai pu faire basculer l’attaquant marseillais version planchette japonaise apparaît déjà plus douteux… Là aussi, on mettre ça sur le compte d’une fréquentation trop assidue de Valbuena à ses côtés… Vous l’aurez compris, il n’a rien manqué hier soir. Que les Dieux du foot restent bretons et continuent de me donner tort tant qu’ils veulent, j’en tirerai les conséquences adéquates. En revanche, la soirée a dû être plus difficile pour la Desch’ hier soir. Au-dela de voir perdre son équipe de cœur en direct-live, cela fait un deuxième poste qu’il rate d’un poil de couille… juste ce qu’il a manqué à la frappe de Cheryou pour transpercer les filets de Landru. Comme quoi, les mettre sur le terrain (ses cojones) peut porter ses fruits finalement. Ce n’est pas Mandanda, les mains pleines de saint-doux, qui nous dira le contraire. N’empêche, si ce même Landru s’était pris le même troisième pion qu’hier soir, Edel Apoula verrait sa côte grimper plus vite que le Nikkei se crashe la trombe…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

jeremie 29/10/2008 15:50

Faudrait quand même pas oublier que ça fait deux matches d'affilée que notre défense montre de grands signes de faiblesse. Que ce soit contre Lorient ou l'OM, on se prend 4 buts sans le moindre défenseur...

Ben Labarthozic 28/10/2008 13:51

Moi, même sur football manager, mon seul fait d'arme reste d'avoir fait monter Swindon en deuxième division... alors le PSG...

Lyonnais anti OL 28/10/2008 10:52

Ca fait 2 ans que j'achète des jeux de coatching sur PC pour voir un PSG virtuel en tête du championnat, victorieux en coupe d'Europe, et claquant un doublé coupe de france coupe de la ligue.Avec la vicoire de ce dimanche, la réalité devient plus belle que le virtuel! A la poubelle foot manager et compagnie! Désormais, regarder à nouveau "jour de foot" et "l'équipe du dimanche" redevient un plaisir!Concernant la Dech' qui a dit quelques mots en tant que consultant suite à cette démonstration de footchiball orchestrée par le PSG, on sentais que cette victoire ne le réjouissait pas des masses : autant il ne semblait pas avoir de difficultés à dire du bien des joueurs du PSG, autant dire du bien du coatching de La Gouine lui a clairement arraché la gueule...Et vive le classement anglais!

Fernandez mais pas Luis 27/10/2008 19:38

Victoaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaare !Effectivement ce qui prédomine aujourd'hui c'est la joie, l'extase, la jubilation, bref le bonheur quoi.Oublions donc les débats tactiques, les chicanes passagères et communions ensemble mes frères :pMaintenant, c'est dingue comme un match de foot tient à peu de chose : hier tout nous a effectivement souris. (Enfin, non pas tout, si on avait vraiment eu du bol la Bourille se serait déchiré les croisés dès la 2ème minute remplacé direct par Sakho uhuh.)Paulo n'est assurément pas un génie, mais il commence à avoir de la baracca, et se montre moins frileux dans ses compo d'équipe.Gageons que ça dure et que le fameux "mais c'est pas possible ça" lu tant de fois sur les lèvres de notre breton préféré, soit à jamais relégué aux oubliettes !

la cocotte 27/10/2008 19:36

on l' appelle OM le dauphin