Kinder Bueno

Publié le par Ben Labarthozic

Ne vous inquiétez plus, j’ai survécu à la crise de foie en slalomant de main de maître entre les différents œufs de pâques qui se sont offerts à moi avec force et frénésie. Il a été en revanche beaucoup plus difficile d’éviter le spectacle offert par le PSG dimanche soir. Spectacle qui, notez-le, m’a valu de me cogner un déplacement aller-retour express entre orléans et Paname, le tout en nocturne et sprint dans la gare en bonus… tout ça pour ça… oui, pour voir les lyonnais danser la farandole au coup de sifflet final et m’évoquer un avant-goût funeste autant que cauchemardesque de ce que cela pourrait donner une vision de marseillais dansant au milieu du stade de France…

 

  (ah, des surprises comme ça, on en redemande...)

 

Mais très franchement, avant d’arriver dans cette configuration, il va déjà falloir se palucher les canaris nantais, ce qui, au vu de la prestation en jour dominical et malgré les dernières améliorations entrevus, ne va pas être une sinécure. Et si vous rajoutez en prime un forfait possible de Popol Michel pour un remplacement éventuel par Charles le Bon, vous aurez alors compris le sens du calembour contenu dans ce titre plein d’imagination… j’ai donc lâché un peu de lest pour prendre un peu de poids ces jours derniers… Cela m’a par conséquent valu de passer la soirée en tribune G, assis entre Tonton Iron et Super Pippo, en train d’assister à une véritable corrida dans laquelle 11 lyonnais se sont amusés de parisiens rapidement dépassés par les évènements. Évidemment, j’ai pas complètement perdu ma soirée puisque par la grâce du hasard, un supporter lyonnais avait eu l’outrecuidance de poser son derrière à côté de mon beau-frère. N’écoutant que ma mauvaise fois la plus légendaire, j’ai donc au moins occuper ma soirée à baver des quolibets alternativement entre les supporters lyonnais, les 11 bonhommes qu’ils supportaient, leur président, l’homme en jaune ou encore le culbuto Mendy…  

 

Mais tout ceci n’est que maigre consolation devant le constat d’un Yépes pas au niveau (en même temps, en jouant un match sur 5…), un Pauleta blessé et remplacé par le teigneux, valeureux, besogneux mais néanmoins peu talentueux Buéno et plus généralement, des rouges et bleus étendus sur 50 mètres quand les lyonnais se tenaient en bloc sur un espace ne dépassant pas 10 mètres entre les lignes. Bien entendu, à ce petit jeu là, il faut être capable de ne pas perdre la boule mais le problème avec les gones, c’est qu’ils s'y entendent pas mal pour cela… ajoutez à cela un Cris qui prend tout de la tête face à des Parigots qui avaient décidé d’utiliser la profondeur et vous aurez une idée sur le fossé, le gouffre, la baie de san andrea qui sépare notre équipe de la leur… on pourra toujours utiliser tous les artifices de la mauvaise foi (un art dans lequel j’excelle…) et déplorer un arbitrage version gerland pour expliquer une partie du 1-0 mais cette fois, je crains que l’on ne dusse qu’au Zizi de nous éviter une brouette de buts un peu plus lourd à digérer en ce WE festif… si vous ajoutez à cela score de tennis infligé par les olympiens aux mineurs de l’est et vous aurez compris qu’il ne faisait pas bon regarder 100% foot cette semaine…

 

  (Aulas qui sympathise avec les arbitres, ça finit toujours par payer...)

 

Pourtant, on notera que Kalou reste dans une forme ascendante, que Kakash s’est démené comme un beau diable et que notre portier n’a pas fait trop de sieste durant la partie… alors quoi ? c’est plutôt inquiétant ? bof… de toute façon, cela fait un bon moment que cette saison est morte et enterrée, envolée avec nos illusions et qu’il faudra garder le cœur solide pour repartir l’année prochaine avec, souhaitons le tout de même, un effectif pas trop modifié… en attendant jeudi, que va-t-on souhaiter pour la fin de saison ? une victoire des bretons contre notre patrie afin d’éviter à l’OM une place en ligue des champions ? ça commence à faire un peu beaucoup des fins de saison où l’on se met à supporter l’équipe adverse tout de même… et puis mon devoir de supporter m’interdit des raisonnements de ce genre mais quand même… en revanche et pour revenir sur Lyon, moi qui était le premier à souhaiter une victoire en terre milanaise, je n’ai pu m’empêcher de penser dimanche soir, toute mauvaise foi gardée (si si…) et en dépit d’un exploit de taille pour notre petit championnat (5 titres tout de même…) que malgré cette perf’ de dingue, à part notre fameux supporter lyonnais assis à mes côtés et qui a du se dire que les supporters parisiens étaient de drôles d’oiseaux, à part Claude Droussent (i.e. L’Equipe) et son édito s’étonnant du manque de fair-play des supp’ parisiens (voyons Claudio… on n’est pas des tendres tout de même, c’est nous qu’on a sifflé cette enflure de Déhu…), à part Blayo pour s’excuser publiquement de « notre » attitude, fidèle à sa posture peuro-masochiste, Lyon est champion pour la 5ème fois et la France du foot s’en dorlote les ouïes… on peut le déplorer mais c’est ainsi… et pour ce soir, on compte bien sur le Barça pour venir s’occuper de leur vengeance…  

 

Pour découvrir un nouveau blog:http://www.clickoblog.com/acf87827895ed2bc98543337898211496

 

 

 

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article