Le droit d’y croire ?

Publié le par Ben Labarthozic

Ca pourrait être le titre de la nouvelle mission donné à Charles Villeneuve. Et avant de savoir si Simon Monceau sera le prochain président du PSG, le Parisien bataille au milieu de la médiocrité en posant la seule question qui semble compter : ce soir, ça va se savoir.

 

Et qu’est-ce qui va se savoir me direz-vous ? Et bien tout simplement si Paname peut entretenir et caresser les rêves les plus fous d’un titre de L1. Vous me prenez pour un fou ? Tablons sur une victoire en terre rennaise et je vous fiche un Pascal que les titres de la presse navarraise mettront en exergue le « déluge » lyonnais avec le Noël avant l’heure parisiens (rapport aux Rennes…). Vous voyez, je vous fais même les jeux de mots. De là, on pourra entendre Aulasse nous raconter le sourire aux lèvres que tout le monde est bien content car l’intérêt de notre championnat est relancé. Et puis qu’en France, de toute façon, on préfère tuer le veau d’or lyonnais à coups de calendrier plutôt que de le laisser atteindre péniblement les quarts de finale de la championsse ligue…

 


Ca va se savoir
envoyé par Zoumba

 

(encore un effort... plus si loin de la présidence du PSG...)

 

Bien sûr, nous extrapolons un tantinet. Car ce soir, ce n’est pas une bande de bandits-manchots en version subbuteo que l’on va devoir se colleter. Moustache, à propos duquel La Gouïne rappelle « qu’il a eu des bons résultats partout où il est passé » a beau nous la jouer underdog, nous savons bien, nous autres lecteurs de PSB, qu’un match nul serait déjà bienvenu. Nous savons, à fortiori, que la visée d’un titre relève de la plus profonde des utopies... à l’heure actuelle. D’ailleurs, et au risque de choquer les bonnes âmes, je ne suis pas encore sûr de totalement me réjouir des deux points lâchés hier par l’Olympique Lyonnais. C’est qu’à tout prendre, je préfère encore tout que de voir l’OM nous remplacer demain dans le rôle du nouveau prétendant au titre à la suite d’une victoire possible chez les ultra-violets du Téfécé… dans ce contexte, on préférera donc stigmatiser la nullité, doublée d’une arrogance que seule cette corporation peut exhiber avec aussi peu d’amour propre, du corps arbitral, et en particulier du dénommé Coué qui persiste et signe : « il n’y avait pas beaucoup d’eau hier sur la pelouse de Gerland ». Lui en tout cas, il doit en avoir un max dans le crâne pour nous prendre autant pour des cons. En même temps, pour une fois que Jean-Mimi peut se la mettre derrière l’oreille et ne peut bénéficier de la clémence de l’homme en jaune, doit-on vraiment s’en plaindre…

 

Pour finir, Lacombe a plutôt épargné le PSG mais ne s’est pas privé de cette remarque, pleine de lucidité : «  Le PSG, ce fut une expérience intéressante pour moi. Imaginez un journaliste en reportage à l’étranger. S’il est bien avec un premier gouvernement, mais moins bien avec le deuxième, il aura du mal à faire son papier s’il arrive quand le deuxième prend le pouvoir. Ce fut à peu près mon cas » Une autre manière de dire qu’il était entouré d’une bonne bande de branlotins et que l’erreur de casting, à Paname, c’était peut-être pas le coach mais bien les joueurs. En attendant, Moustache s’élève au-dessus de la mêlée et n’a pas décidé d’action en justice contre notre gaucher pour certains propos déplacés. Parce qu’on en connaît un qui a intérêt à être bon ce soir pour démontrer qu’au sein de la république bananière, il n’avait pas le rôle de taupe masqué…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Ben Labarthozic 30/11/2008 18:35

Je m'auto-commente (c'est une habitude le dimanche). Je suis présentement devant le pâle TFC-OM. Valbuena emmanche roulade sur roulade... en voilà une autre de belle d'imposture (cf. mes échanges avec Serge...).