Quand Paris taille dans le gras

Publié le par Ben Labarthozic

Hier, on nous avait promis des rillettes. Plutôt copieux pour un dimanche soir mais assez bienvenu pour se réchauffer d’une nouvelle soirée dans la froidure (il paraît que c’est souvent le cas au mois de décembre…). Et bien figurez-vous d’une chose, on nous rabat partout que Paris a changé et je commence à croire que c’est vrai. Jugez sur pièce. L’équipe est alignée est la même pour la cinquième fois consécutive, une victoire est attendue et aucune mauvaise surprise n’est à déplorer, Woaro est une recrue qui plante et qui ne semble même pas piétiner au moment où les premiers frimas pointent leur nez. Enfin, Rothen, pourtant plébiscité par tout un chacun comme le joueur lige de Paname, l’indéboulonnable, l’indétronnâble, le fer de lance et Jonnhy va-t-en-guerre de ce club se retrouve comme un vieux monsieur perdu sur le pitch. Plus ça va, moins ça va pour le blondinet. A tel point qu’il serait peut-être bon de songer à lui trouver un remplaçant potentiel. Pour la petite histoire, la damoiselle de la boutique, alors que j’étais déjà passablement éméché d’avoir trop fêté la victoire, nous a indiqué qu’au top des flocages (une info de première main…), le Make tenait la tête, devant la Giule, qui précédait lui-même Woaro, ce dernier devançant… Sességnon. Point de Rothen donc. On s’en fout vous me direz mais il n’en reste pas moins que quelques sifflets commençaient à pointer pour accompagner sa piteuse sortie d’hier soir au bilan famélique : 12 ballons touchés, sur 12 coups de pieds arrêtés, dont 9 ou 10 pertes de balle…



(il faudra penser à demander à Sébastien Frey s'il y a trop de noirs dans le renouveau du PSG...) 


M’enfin, Rothen, c’est une chose, le PSG en est une autre. Et ce PSG, à défaut de très bien jouer, fait bien chier le monde. On ne demande pas mieux. Pour ce championnat de France, pas besoin de très bien jouer. Une solidité de bon aloi, deux ou trois bonnes individualités devant et le tout peut bien vous mener loin. C’est exactement la recette appliquée par nos parisiens, emmenés par un grand (c’est le cas de le dire) Woaro. Plus que ses buts et son sang froid, c’est sans doute sa manière de les fêter, sa sortie sous les félicitations de ses coéquipiers qui peuvent nous inspirer les plus grands espoirs. Ce mec est vraiment un type bien, c’est peu de le dire mais c’est déjà beaucoup. Paname a bien trop été infestée ces dernières années par une bande de poseurs plus douée pour s’exhiber au salon de l’auto que briller sur le terrain pour ne pas s’en réjouir. On ne sombrera pas dans un Poujadisme trop facile mais force est de constater qu’un peu de travail, de sérieux et de rigueur nous permettent d’envisager autre chose que la ligne de flottaison. C’est en tout cas ce que nous enseigne le match d’un mec comme le Make, encore une fois indispensable et abatant un boulot considérable aux côtés de son alter-ego Clément. Tout ça pour dire que c’est définitif, la vraie base de Paname, c’est eux. Restent les 4 de derrière, un Armand pour une fois décevant, un Traoré une nouvelle fois surprenant. N’empêche, j’aime encore mieux encore un stade (le kop de Boulogne en fait) chanter le nom de Sammy plutôt que celui de… Partouche, tristes rémanences d’une saison déjà oubliée. Bref, vous l’aurez compris, il n’y pas grand-chose à raconter de ce match réussi dans les relatives grandes largeurs. Et comme je n’ai pas trop de temps, ça tombe plutôt bien. Tout juste pourra-t-on regretter l’absence de tout signe de soutien au marseillais Santos. Oui, je sais, ça fait bizarre à mes propres doigts d’écrire ça mais putain, trois ans et demi pour un truc dont personne n’a la preuve, c’est cher. Et de la part d’ultras vantant tant et plus leurs libertés rognés, on aurait pu s’attendre à un peu plus de marques de soutien, d’autant plus qu’elles auraient eu (je le répète) un impact très positif pour pacifier les relations inter-clubs… Sinon, ça n’a rien à voir mais vous saviez qu’un mec qui s’appelait Marini propose un amendement afin que les gens ayant perdu de l’argent en bourse puissent le déduire de leurs impôts ? Pour sûr, certains pourriront en enfer quand ils n’ont pas peur d’être étouffés par la honte…

Publié dans paris-santa-blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Parigi Mancino 09/12/2008 23:30

Et si on testait Sankharé à son poste, pour un coup ? Peut-être que Rothen se sentirait un peu menacé et commencerait à se bouger le dargeot ? M'enfin j'dis ça, j'dis rien :p

Garfield 09/12/2008 10:01

Purée, c'est vrai que rothen à été vraiment à chier sur ce match. Mais également contre Rennes ou le mec à passé son temps à gacher une dizaine de corners. Bref, pour un mec qui se battait sur chaque ballon, il devient de plus en plus merdique.

Ben Labarthozic 09/12/2008 09:18

De rien Pipp's. Mais tu sais, c'est pour ça que je bois, afin d'accroître ma sérénitude... et parce que pour conduire un vélib' dans le froid, c'est vachement mieux aussi...

Pippo 09/12/2008 09:12

Merci encore Ben pour cette excellente soirée, pleine de rebondissements enfin surtout avant et après le match (ah les joies du Vélib !!!) parce que comme tu l'écris du coté du match, il n'y a pas eu vraiment de suspense... Et c'est là que tu m'as surpris, contrairement à moi qui ne suis que de (trop) loin les performances de paname, toi tu n'as eu peur lorsuqe le Mans a égalisé, sans doute suis-je encore traumatisé par la saison dernière alors que toi, tu ne sourcilles même plus quand nos joueurs reculent pour défendre dans leur 20 mètres à l'orée du dernier quart d'heure... tu étais à l'image de Paname : sereinSur le fond, Armand a fait son match et tu ne crois pas que s'il a été décevant c'est que toutes ses véléités offensives ont échouées sur un Rothen invisible là ou le duo Sessegnon - Ceara combinait vraiment bien. Le seul point faible véritable de l'équipe a été Rothen, un successeur serait le bienvenu...Merci encore Ben et à bientôtPourvu que cela dure !

Iron 08/12/2008 23:19

Sammmyyyyy quel match! Sur tous les ballons!! Armand, Rothen, quel match!!!! (de merde). Hoarau, au top, Guily et Makelele aussi. L'Equipe, que des notes de merde. Bon, tout va bien!Et Merci BeN! ;)