Voire Twente et mourir

Publié le par Ben Labarthozic

C’est le titre que j’avais en tête à 10 minutes de la fin du match. Quand on pouvait commencer à ruminer la déjà si courte carrière de Kezman à Paname, quand les sifflets commençaient à fondre sur lui. Quand Bourrillon était toujours aussi médiocre qu’à l’accoutumée. Quand le coaching de La Gouïne était toujours aussi mauvais et que ce dernier n’était pas encore devenu le plus grand joueur de Texas Hold’em, chanté comme jamais par RMC, plébiscité comme il se doit par le maître en la matière qu’est  Rolland Courbis.

 

Et puis voilà, le miracle s’est produit. A l’image de ce qui s’était passé à l’époque du grand Vahid, contre Troyes et les deux pions plantés en trois minutes par Heinze et Ogbeche en coupe (rassurez-moi, ce n’était pas Luis aux manettes ?), Paname a mis deux buts venus de nulle part, ou presque. Et moi de me mortifier en voyant la cohue aux abords des tribunes pour célébrer ce quatrième but, surconscient que j’étais du danger rôdant du côté de Santander, marqué par deux années en enfer. C’est qu’ dix minutes de la fin du match, on était au moins deux dans le stade à ne plus y croire. Paulo et moi. Comment expliquer autrement ce coaching voyant sortir Séssegnon pour… Chantôme. C’est que malgré toute l’amitié que l’on peut avoir pour le titi parisien et malgré l’amour irrévérencieux de Parigi pour le joueur, ce match avait au moins eu le mérite de nous rappeler que les joueurs moyens n’émergent qu’en temps de grand marasme (cf. Pierre Ducrocq meilleur joueur du Paris 98…). Un coaching qui tue donc, ou presque. C’est que le coup est passé près. C’est d’ailleurs ce qui expliqua qu’à 30 000 dans le stade, nous firent du bruit pour le double. Une soirée de folie douce donc, au parc. Tellement folle qu’elle voyait Landru agitait ses abatis pour exhorter ses joueurs à aller planter un 5ème pion. On sait aujourd’hui pourquoi. Un adjoint de PLG lui ayant donné une fausse indication sur l’évolution du score à Santander. Décidément, ce club a bien changé. Alors qu’en d’autres temps, moins illustres, tous les éléments étaient réunis pour qu’un scénario pitoyable se mette en place, rien de ceci ne s’est produit hier.



 (quand PSB lit l'avenir...)


Je vous épargnerai les récompenses individuels relatives à la rencontre d’hier. Quand Landru redevient un des meilleurs gardiens français (a-t-il vraiment cessé de l’être plus de trois mois ?), quand la Pégu’ a un niveau d’international, quand le jeu en triangle fonctionne comme hier, quand Céara singe Cafu, tout incite à l’optimisme. Certes, Makélélé continue de nous raconter aujourd’hui que l’objectif reste le maintien (sic) mais on voudra croire à un tout petit mieux. Le petit mieux ne viendra pas d’un nouvel attaquant que toute la presse semble vouloir nous refourguer. Je lis un peu partout que Paname serait à la recherche d’un canonnier et ceci ne laisse pas de me surprendre au vue du banc qui se trouve là pour la circonstance. Accessoirement, le petit mieux, si tant est que l’on doive changer une équipe qui gagne, pourrait venir du repositionnement de Séssegnon à gauche, en lieu et place de Roro. Le béninois est de toute façon tellement fort qu’il peut jouer n’importe où. Du coup, on a revu hier que la Giule à droite n’avait rien de dégueulasse. Cela libèrerait une place devant pour… Luyindulala. A côté du grand Woaro, le tout pourrait avoir fière allure.

 

Une chose est sûre, hier, la France du foot a plus rêvé devant un match de poule du PSG qu’une victoire lyonnaise en terre roumaine et ça faisait bien longtemps que ça n’était pas arrivé. N’en déplaise au Papé, certaines autres équipes françaises que la sienne jouent aussi la coupe d’Europe. Et pratiquent même du beau jeu. Paris est donc capable de nous faire rêver au même titre que l’OM. Si si, il faut rendre à César ce qui appartient à Civelli. La dernière fois que j’avais autant trippé devant un match d’UEFA, c’était quand même pour voir un match à plus de 4 buts dans lequel Marseille figurait, C’était à Boleslav… mais aujourd’hui, on entend moins chanter le Diouf…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Thomas 24/12/2008 01:23

Pas de souci, je peux comprendre...Et t'inquiète pas je reste fidele à tes billets d'humeurBonne nuit

Ben Labarthozic 23/12/2008 18:39

Salut Thomas,tout d'abord, merci pour ton commentaire, ça fait toujours plaisir, parce qu'on n'écrit pas (que) pour soi... ensuite, tu as raison sur mon niveau de subjectivité, je ne me base sur rien d'autre que mon sentiment doublé d'un soupçon de provocation aussi gratuite que facile. Maintenant, et bien que loin de moi l'idée de te brosser dans le sens du poil (qu'est ce qu'on se ferait chier autrement...), si je n'ai que peu de goût pour le président jean-mimi, je ne déteste pas l'OL. Au mieux cette équipe me laisse-t-elle indifférente. Mais au risque de sombrer à mon tour dans le cliché, on ne peut qu'applaudir le parcours. Pour le reste, ses joueurs me sont assez sympathiques mais encore une fois, je trouve ce club ronrronnant assez ennuyant. Maintenant, il est peu de dire que je préférerais cent fois un huitième titre lyonnais qu'une nouvelle séquence de branlette marseillaise menée ambiancée par le duo Pape-Gogo... au plaisir de te relire.

Thomas 23/12/2008 02:03

Salut mec,Supporter lyonnais, j'adore ton style et je te trouve plutôt pertinent. Au risque de singer le supporter footix delta de Gerland, je crois que tu y vas fort sur l'OL ou peut être finalement que sur ce coup c'est toi le footix. Non, je provoque mais je m'en explique: Je suis lassé même si au fond ça ne devrait pas m'atteindre de voir supporters parisiens et marseillais jouir d'une effervescence supérieure lorsde vos occasionnels matches réussis."e chose est sûre, hier, la France du foot a plus rêvé devant un match de poule du PSG qu’une victoire lyonnaise en terre roumaine et ça faisait bien longtemps que ça n’était pas arrivé" dis-tu. Je suis toujours surpris de telles affirmations. Comment t'y prends tu? Sondage, transmission de pensée. Je pioche plutot le nombrilisme... Je ne me rabaisserai pas... à rabaisser votre exploit face à Twente car ce n'est même mon ambition mais disons que je suis assez déçu de cette phrase... Mais si une goutte d'eau de médiocrité dans tant d'humour et de pertinence méritait ce message, cela ne mérite pas que je t'en tienne rigueur

Parigi Mancino 20/12/2008 01:10

Faut aussi virer ce vilain "e" à "voire Twente". Ca fait mauvais genre, surtout en un jour comme celui-ci où tu dois tripler tes visites :P

Guil 19/12/2008 22:16

Sympa ton article Ben mais je crois que le passé simple du verbe 'faire' à la 1ere personne du pluriel, ca fait plutot un truc du genre 'nous fîmes' :)