Un grand coup dans le Cuff*

Publié le par Ben Labarthozic

Ce matin, bonnes vielles habitudes et vieux souvenirs ont pu renaître de leurs cendres et reprendre leurs droits. Après avoir passé des fêtes de famille inhabituellement tranquille, où le PSG était mystérieusement absent des débats (entre la dinde et le Coulomiers), tapes sur l’épaule et sourires en coin ont à nouveau escorté la haie d’honneur qui me menait jusqu’à mon bureau… Oh, rien de bien méchant en collaborateur bonne patte que je suis. Juste quelques vannes qui vous rappellent que le monde du travail n’est pas toujours peuplé de bardes qui vous font rire. On choisit bien ses amis, rarement ses collègues. Ces blagues sont donc là pour vous rappeler pourquoi cette deuxième catégorie ne s’imbrique pas toujours dans la première…

 

Pour faire face à cet environnement hostile, le petit guide de survie impose de faire le dos rond pour ceux qui n’ont pas eu la bienveillance de prendre le sacro-saint jour de RTT qui se pose-là. Un choix à double tranchant je vous le concède, qui vous ôte tout espoir de triompher en cas de succès. La défaite n’est pas un plat qui se mange froid et pour le goût, on a sévèrement dégusté hier soir. Aujourd’hui, outre les galéjades citées plus haut, il a fallu revivre le calvaire à tête reposé en se coltinant le but du petit Yohann en boucle, en audio, en vidéo et à l’écrit… que pourra bien trouver à dire le chaland après une telle débâcle, qui ne tombe pas dans le domaine du commun ? (et Dieu sait que j’aime à donner à mes lecteurs dans l’originalité…). Que dire quand très honnêtement, on n’avait pas vu le coup venir. Pour sûr que le match nul aurait été bienvenu mais on en était loin. A-t-on été dominés dans tous les compartiments du jeu ? Très certainement. A-t-on été nuls ? Certes non. On me parlera des ratés phénoménaux de la Giule et de Séssegoal. Je n’y vois pas une inquiétude sidérante. Fût un temps, pas si éloigné où ces occaz’ n’étaient même pas à déplorer au lendemain d’une défaite parisienne. Sésségnon a loupé l’immanquable ? La belle affaire, il mettre les prochaines. Une fois encore, je préfère encore un joueur manquant de réalisme qu’un autre ne se procurant aucune opportunité. Paris n’a donc pas aussi mal joué que le score pourrait le laisser supposer mais les Girondins ont été forts. Pour notre part, je serais tenté de voir une forme de prolongation au match de Valenciennes, en pire. Il n’est pas exclu qu’une forme de confort mental se soit instillé dans les esprits parisiens, les conduisant au nul contre VA avant de se faire méchamment tancé par l’adversaire d’hier. Au risque de tomber dans les clichés, seul l’avenir nous le dira mais peut-être cette défaite sera-t-elle salutaire pour rappeler à tout le monde que Charlie n’avait promis que sang et sueur pour cette saison, guère plus à ce stade…



Parmi les autres enseignements, et sans faire la chasse aux sorcières, bien qu’ils n’aient pas été les plus mauvais hier, je pressens dans notre prestation le début de la fin pour Sammy et un pas de plus vers la sortie pour Roro. Ces deux n’ont pas plus démérité que les autres me direz-vous. Certes. Toutefois, nous savons que Traoré ne doit sa place dans le onze qu’à des prestations hors-norme en ce qui le concerne. Depuis deux matchs, la magie s’est envolée (cf. le second but valenciennois et le coup de vent de Gourcuff). C’est à mon avis assez pour que PLG le fasse reposer. Pour Roro, le problème est différent. Sans avoir été particulièrement nul hier, délivrant même quelques bonnes balles, la rentrée de Sakho en fin de match est à mon sens loin d’être innocente. Certains ont cru voir dans ce coaching un nouveau coup de frilosité du breton. Je crois plutôt que Paulo connaissait déjà l’issue de la rencontre. En réalité, le coach tâtonne, il essaye. Armand en milieu gauche, supplée par Sakho en latéral (et laissant du coup Sammy sur le pitch), Séssegnon à gauche… ? A mon humble avis, on n’est plus très loin de voir du nouveau sur le flanc gauche…

 

Autre chose à ajouter ? Bof. Accepter la défaite est un exercice suffisamment pénible en soi pour s’appesantir. On préférera sombrer dans la facilité crasse d’alpaguer Lannoy qui n’a pas eu besoin de Gourcuff pour nous carrer un beau nèfle… C’était pas faute d’avoir prévenu… Bien entendu, le match ne s’est pas joué sur ses erreurs d’appréciation. Encore que… On aura en tout cas noté que l’homme en jaune était lui aussi subjugué par la patte du breton, au moins autant que ses plongeons. Il y a certes ce premier but, dont on cherche encore la faute. Mais plus que cela, plus que ce supposé pénaltoche sur Séssegnon, qui n’avait pas lieu d’être, c’est surtout cette prodigieuse série de fautes sifflés à l’encontre des parisiens qui a pu nous interpeller devant notre télé. Le bonhomme n’avait pas peur de soulever le coude. On se demande encore comme le béninois de Paris se débrouille pour se coltiner un carton jaune en ayant une faute sur lui… En tout cas, La Gouïne himself s’est permis de s’étonner, se disant même humilié. Pour que lui le dise, alors… Un but refusé contre Valenciennes, un arbitrage qui, rappelons-le, ne nous aurait pas épargné de la défaite, ça méritait juste d’être rappelé. Et puis au rang des choses plus agaçantes que méchantes, il aura quand même fallu se taper le Margotton, plus lénifiant que jamais, continuant de distribuer du « Messieurs » à tout va pour rappeler à l’ordre la bande de médiocres qui l’entourent. Un Margotton qui en déjà plein la bouche devant un plongeon de Drogba ne pouvait que cartonner devant l’acte d’amour version café-crème fait au grand Traoré (ah… « c’est pour ça qu’on aime le foot Messieurs… »). Il aura aussi fallu faire avec un JiPéPé perdant tout devoir de réserve dans ses commentaires, insistant sur le fait que Séssegnon aurait dû se prendre un rouge pour simulation (sic). Jean-Pierre, entre entraîneur et commentateur, tu n’es pas obligé de choisir… Et mercredi soir, t’as même le droit de t’asseoir au parc en tant que spectateur… En même temps, avec JPP, pas de mauvaises surprise, à part Givré Mortel, personne n’a jamais vraiment cru que c’était un grand entraîneur. Visiblement, certains commencent à se poser la question pour Puel. Quoi ? Comment ? Perrin est devenu magique et Claudio chaotique… ? Heureusement, Laurent Blanc, intronisé officiellement depuis hier soir meilleur entraîneur et chantre offensif de notre Ligue 1 devrait rapidement trancher le débat. Il nous l’a dit Lolo, il n’avait pas peur d’un Paris qui joue en contre quand lui décide de jouer au foot, au vrai. Mais le vieux Cévénol n’a pas compris que Paname joue placé, dans les 10 premiers. C’est à la fin du bal que l’on comptera les noix…

 

 

* courtesy from MC Warriors

 

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Ben Labarthozic 13/01/2009 22:35

Post, je ne doute pas que Rothen soit capable d'être "utile" dans certains matchs. Ce n'est pas non plus la dernière des tanches. Le problème, c'est que Roro est un cadre, ou se dit comme tel. Il en possède le salaire et la grande gueule qui va avec. Du coup, je le juge comme tel. Et à cette aune, j'attends de lui qu'il soit juste bon dans les matchs de coupe, ce qui jusqu'à maintenant n'a même pas été évident...

Ben Labarthozic 13/01/2009 22:34

Merci les gars, n'en jetez plus... si la défaite m'inspire, c'est la victoire qui transpire à plein pif demain soir... et je serai encore là...

Fernandez mais pas Luis 13/01/2009 18:31

Très bon post, il est vrai aidé par le contexte d'une belle défaite dans le genre de celle auxquelles nous n'étions que trop habitué les saisons passées :pLe score est aussi lourd que les commentaires dithyrambiques sur le jeune Gourcuff.On y était pas vraiment, les girondins avaient plus la niaque, ce qui leur a valu un réalisme insolent.Bref, si ça peut servir de leçon et nous faire repartir sur des bases plus saines avec un flanc gauche digne de ce nom, cette branlée aura été plus un bien qu'un mal. 

post-it 13/01/2009 13:39

beau post en effet....bordeaux tres fort dans son collectif...paris que ne cadre pas....et boum... mais bizarrement, ça ne m'inquiete pas trop...sinon j'ai defendu rothen dans mon dernier com...je pense qu'il sera utile dans les matchs de coupes, mais ce qui m'inquiete..c'est qui rate beaucoup de coups francs..et on en a eu...un paquet.....bref.;victoire demain 1-0 sur péno sifflé en dehors de la surface a la 93 ième..(leclerc qui en rajoute...pfff)

Bolo 13/01/2009 13:05

Simplement pour revenir sur le vrai/faux pénalty non sifflé sur Sessegnon, je pense qu'il y a effectivement faute de Chalmé mais ce qui est sûr c'est que Sessegnon nous a fait du vrai valbuena sur ce coup... Du coup, je comprend la décision de l'arbitre de merde de ne pas avoir sifflé.