Au coin du tournant…

Publié le par Ben Labarthozic

Quand il est arrivé au club, on était quand même pas mal à se foutre de la gueule de Charlie et de sa faculté à confondre Souleymane et Zoumana. Force est de lui faire crédit de son dernier acte en tant que boss du club après la prolongation obtenue au forceps auprès du jeune Sakho. Mamadou sera avec nous jusqu’en 2012. Bon, évidemment, en réalité, il se sera barré, acheté par un plus grand club pour une poignée de cerises quand nous serons en temps de crise et que Babaze sera aux commandes mais en attendant, le bonhomme est assuré quelques temps encore. Sa déclaration envers Villeneuve et le fait que ce dernier lui témoigné sa confiance « depuis son arrivée » peut prêter à sourire quand on connaît la vision du foot en 2D par Charlie mais cela prouve au moins que ce dernier sait écouter ses amis. Et que lorsque Wenger lui explique que le joueur est un futur grand qui vaudra dix barres dans moins de deux ans, il sait au moins l’écouter… on attend encore la réaction de Jean-Mimi Larqué, lui qui avait pronostiqué la fin de carrière d’un joueur cramé par le port d’un brassard confié par un « irresponsable ».

 

Mais au lieu de nous atermoyer sur le sort de notre président en partance, et avant de savoir si nous serons amener à pleurer sur le nôtre, une première grosse indication sera donnée cet après-midi. Personnellement, m’est avis que le groupe de joueurs qui composent le PSG ne va pas vivre la seconde partie de saison dans un cadre aussi idyllique qu’on veut bien nous le faire croire. Les deux matchs qui se présentent à nous, à domicile de surcroît, offrent une perspective aussi effrayante qu’excitante (il me plait à écrire comme Duluc parfois…). Si Paname joue toujours sur les tableaux à l’heure où j’écris ces lignes, il pourrait bien sombrer en deux coups de cuillère à pot si le coquin de sort nous infligeait des scores négatifs sur les deux matchs qui arrivent. Toutefois, comme disait ma grand-mère, il ne sert à rien de suer avant d’avoir chaud. Avant de traiter le sujet bordelais et cortège Gourcuff qui l’accompagnera, dissertons d’abord du cas Caennais. Très franchement, on aurait un peu du mal à ne pas se satisfaire d’autre chose qu’une victoire. Outre que cela nous maintiendrait bien positionnés dans le haut du classement, un nul ou une défaite nous ferait grave chuter au classement anglais. Et ça, ça serait dur à encaisser…



(après Michel Moulin... après Charles Villeneuve... la méthode forte à Paname...) 


Fidèle à ma ligne éditoriale, je me réjouis pour l’occasion de voir que Roro est suspendu. Non pas que cela représente un avantage en soi mais c’est peut-être la seule option qui peut pousser La Gouïne à aligner Séssegoal à gauche. Reste à faire jouer la Giule’ à droite et la Pégu’ devant. Je dis ça parce que PLG serait bien foutu de nous mettre Luyindula à gauche, la Giule dans l’axe et Séssegnon à droite. Pire encore, le Paulo pourrait bien aligner Chantôme à droite. Ne rigolez pas, on va jouer Caen quand même… A l’inverse, sur les lignes arrières, au vu des derniers matchs et des prolongations de contrats citées plus haut, on veut croire que Sakho sera dans l’axe. Ca serait pour le moins bienvenu.

 

Enfin, si l’on sait que Babaze devrait en effet prendre la tête du club, il se susurre que l’intérêt pour la Houille serait bien réel. On comprend pourquoi. Un intérêt qui se heurterait toutefois à une fin de non-recevoir de la part d’Escalator, le cyborg mis en place à la tête de la fédé et qui a missionné Raymond pour tuer l’équipe de France… Houiller, John Connor chargé de sauver le PSG ? Ca expliquerait pourquoi son pote le Kaïzer aurait scié la planche de Charlie, les yeux fermés, la main sur le cœur... n’empêche, putain ça aurait de la gueule…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Parigi Mancino 01/02/2009 00:40

Bon bah v'là une bonne chose de faite ^^ Avec un Ben' exaucé et un Sakho royal... Que demande le peuple ? (une victoire face aux Bols de lait, peut-être ?)