Une (b)piquette pour Paris

Publié le par Ben Labarthozic

Même peine, même punition. Du matin au soir, la farandole n’a eu de cesse de perdurer pour venir martyriser mon âme avec cette cinglante défaite en terre parisienne. C’est qu’hier, on a perdu un trophée. Une finale se jouait et elle avait lieu à domicile. Forcément, s’en prendre 3 dans la canette fait mal au cornet…

 

Mais qu’a-t-il bien pu se passer hier au soir, une fois que l’on aura usé jusqu’à la trogne l’excuse d’un arbitre bidon, pour expliquer une telle déroute « malgré le bon gros match » syndical sorti de la bouche de tout un chacun ? Je sens bien poindre sur ce blog, ici-même, la naissance d’un schisme possible entre les pro et les anti-Kezman. Soyez rassurés, le remake de l’affaire Dreyfus n’aura pas lieu en ces murs. A tout le moins, les ratés divers et multiples du Cas K parisien (oui, le Kaka brésilien, on l’a raté il y a quelques années, on n’a que ce que l’on mérite…) s’apparentent surtout à un bon gros platane pour cacher une forêt de conneries distillés avec soin par notre ami breton. En cela, je rejoins FMPL pour indiquer ma surprise et mon émoi à l’endroit du coach parisien. Ce dernier, d’habitude si magnanime et enclin à user d’une langue de bois à nulle autre pareil, était plutôt d’humeur langue de pute à la fin de la partie. Non content d’avoir assassiné le petit Mateja en direct live devant une horde prêt à le vomir, Paulo a décidé de le remettre une seconde fois dans l’arène histoire de bien le trucider à froid. Mais pourquoi est-il si méchant… ? Peut-être parce qu’il sait, au fond de lui le Popol, qu’une grande partie de la défaite lui incombe…



(quand tout va mal, faites-moi signe... j'arrive) 


Des signaux faibles avaient pourtant été émis lors de la rencontre face aux vaches normandes. Las, les victoires ont ce tort qu’elles oblitèrent à la fois les erreurs d’arbitrage défavorables mais également les errances tactiques de celui qui les initie. Sur ce blog, nous avions pu émettre quelques doutes sur le coaching pour le moins ésotérique (une fois n’est pas coutume) du breton. Ce dernier décidant de faire entrer Chantôme en meneur de jeu, d’oublier de préserver ses troupes et de balancer Kezman seul en pointe d’une attaque en morne plaine. Dieu merci, notre équipe menait alors au score pour ne plus être inquiétée. Ca tombait bien parce qu’on n’allait également arrêter d’embêter les normands. Aujourd’hui, on peut mieux mesurer l’étendue des dégâts. On s’était en fait trompés, PLG préparait bien le match d’après… A savoir ? A savoir un 4-3-3 dégueulasse ressorti des placards au sein duquel Mateja (toujours lui) allait avoir pour mission de se dépatouiller seul de la rugueuse défense bordelaise. Nous, naïvement, on s’était dit que c’était cool, que Kezman pourrait tourner autour de la gigue Woaro à l’image de ce que fait la Pégu’. On s’était même dit que ça pourrait peut-être marcher. Boom, on avait encore faux. Encore fallait-il deviner que Woaro jouerait… ailier gauche (sic). Ce matin, pas une seule ligne, pas un seul communiqué ni journaliste, trop intéressés pour commenter la sortie houleuse de qui vous savez, pour commenter ce choix plus que douteux. Pas un pour souligner que désormais, Rothen était tellement naze qu’il n’était plus à même de tenir son poste… au point de ne même plus tirer les corners (supplée par Chantôme (re-sic)). Il faut dire que, le matin même, l’Equipe avait pris soin de tirer un papier dithyrambique sur le blondinet, nous expliquant que Jérôme était en fait un incompris et non la tête pleine d’eau qu’on voulait nous faire croire. On nous permettra d’en douter. Le journaleux était tellement honnête et intègre (reresic) qu’il nous précisait que Roro était le sixième parisien au classement des notes de l’Equipe. Allez, cherchez un peu, moi, je pense pouvoir trouver au moins 6 ou 7 mecs meilleurs que lui depuis le début de l’année… En fait, ce classement ne prend en compte que les joueurs ayant jouer deux tiers des matchs, mais ça, le pisse-vinaigre en question ne nous le dit pas. Bref, pour ceux qui doutaient encore de Roro et de son copinage avec les médias, ils en seront pour leurs frais… C’est aussi le cas pour ceux qui doutaient encore qu’il fallait bien inviter Le Guen pour planter une teuf’ entre bons potes

 

Ce matin, il était donc plus facile de fustiger un type ratant une balle en or mais ayant fait un match correct par ailleurs qu’un autre se déplaçant en déambulateur ou un petit jeune qui passa son match à se planquer sur le terrain. Ce dernier fût pourtant ovationné à sa sortie, lui… Que Kezman se rassure, Pauleta fût aussi victime des sifflets du parc en son temps. Plus proche de nous et moins talentueux que le goleador portugais, on se rappellera du traitement de faveur réservé à la Pégu’ à chaque ballon touché il y a quelques mois… Le 4-3-3 donc. La voilà la brillante idée de La Gouïne pour hier soir. Qu’a-t-il bien pu penser ? Qu’il fallait densifier notre entrejeu ? On aura vu le résultat, ce qui accréditera d’ailleurs la thèse selon laquelle Paname doit son renouveau à sa doublette Clément-Maké. Toujours est-il qu’au retour des vestiaires, PLG ne voyait pas plus clair puisqu’il décidait d’attaquer la seconde mi-temps sur le même système. A l’inverse de Paulo, nous serons magnanime et éviterons de revenir sur le choix de ses changements. Tout juste pour lui signifier qu’en faisant souffler Woaro et quelques autres, il ferait mieux d’aller nous gagner le match chez les canaris. Parce que sinon, on ne verrait plus trop l’intérêt de l’affaire…

 

Reste ce matin les à-côtés du match. Sakho, un monstre de grâce. L’impression désagréable d’avoir jouer hier contre 11 Valbuena, en comptabilisant pas moins de 5 sortages de civière du côté girondin. Resteront les jeux de mots de l’Equipe du jour dont je peux résister de vous les livrer. Au hasard : « Bordeaux saoule Paris », « Ouvrez, c’est Vannes » et surtout l’inénarrable « La Flamme Cuche ». J’espère maintenant que vous comprenez mieux le titre de ce post, j’essaye d’être à la hauteur mais c’est dur… Reste enfin le traditionnel contre-pied de Domenech et de sa liste. Il fallait une surprise, Woaro n’en était pas une, Douchez non plus, on a donc choisi Carasso. A la place de ce dernier, je m’inquiéterais en voyant le devenir en EDF de Pascal Chimbonda… Woaro lui, devra juste s’assurer de ne plus jouer à gauche, pour lui et pour nous… Guy Carlier, quant à lui, n’a plus que le choix des armes pour écrire… ça fera une bonne occaz’ pour écouter le nouveau double M…

 



 

PS : je m’excuse par avance pour cette diarrhée verbale au moins autant liée à la défaite qu’au fait que je vous écrive des gogues. PSB, la classe, toujours, parce que vous le valez bien…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Garfield 06/02/2009 15:47

Il s'est donné c'est vrai sur tous les matchs mais fait souvent de mauvais choix (s'empaler sur 2 joueurs au lieu de passer par exemple) sauf sur le match de mercredi ou il à fait son taf enfin presque!Et c'est pour ça qu'on se dit au final qu'il fait des matchs de merde. La motivation est importante mais elle ne fait pas tout. Enfin, il fallait peut-être un clash pour qu'il se remette sur les rails.

Pippo 06/02/2009 14:40

Garfield, je ne crois pas que tu aies été traité de quoi que ce soit :), si tu t'es senti blessé par l'expression "pseudo-supporter" je m'en excuse.Mais franchement admet quand même que le Kezman s'est donné un mal de chien pendant ce match (pressing, courses, appels...) qu'il met bcp de bonne volonté depuis le début de la saison (match en CFA, motivation quand il rentre...) et que ce n'est pas en le sifflant qu'il va se remettre en confiance...

Bolo 06/02/2009 14:20

"Moi ce que je n'aime pas avec Raymond, c'est qu'avec lui on ne parle jamais football..." Merci Christophe, t'es trop un ouf, à mon avis ça va le faire réfléchir raymond...Moi aussi je trouve Kezman plus que valable (en tout cas plus que pancarte...) et c'est ailleurs pour ça que je m'étais "indigné" des sifflets de Mercredi car ce sont ces mêmes sifflets qui font (en partie) que monsieur tire en touche

Garfield 06/02/2009 14:19

Siffler c'est exprimer son mécontentement!ça ne veut pas dire qu'on veut plus jamais voir le bonhomme. (pour ma part).  On a quand même le droit de se faire entendre sans se faire taxer de tout les noms??!! Pour l'équité c'est vrai que rothen en méritait autant!!!

Ben Labarthozic 06/02/2009 13:41

Moi, d'abord, je vous aime tous... ensuite, et pour répondre au point par point, la "flamme cuche" s'adressait au skieur du même nom, vainqueur du Super-G du jour...Le pseudo-duel entre Dodo et Dudu m'a bien fait marrer également. Après ce qu'avait balancé dugachis, il ne pouvait plus trop faire autrement que de l'ouvrir mais il l'a fait bien mollement. C'était du genre: "ouais, moi, ce que j'aime pas trop chez Raymond..." et l'autre de répondre: "moi aussi j'aime bcp Christophe..." Merci bcp c'était très intéressant...Et enfin, pour le débat non clos (ou presque) du Kezman, à défaut d'être un pro du bonhomme, je le crois assez valable. Pour rater une telle occaz' comme mercredi dernier, ça ne peut être "que" dans la tête. C'est certes le pire ennemi du sportif mais à priori, son passé (et même ses courses sur le terrain) laisse à penser qu'il a largement le niveau pour la Ligue 1... putain, c'est quand même pas Alioune Touré merde!