Pape la Rage II

Publié le par Ben Labarthozic

On sait depuis fort longtemps que Pape Diouf est passé maître dans l’art d’exciter les foules à bon compte. De la provoc facile pour un public en manque de sensations autant qu’il l’est de trophées, on peut comprendre le désir du président marseillais de masquer son incompétences derrière la fibre populiste qui trouvera à coup sûr un fort écho. Le président marseillais a au moins pour lui ce mérite qu’il ne s’en cache pas, consentant : « Un PSG-OM a un peu la saveur d'un grand clasico. Il faut un affrontement qui sorte de l'ordinaire, qui mette un peu de piment et suscite même des excès ». On connaissait déjà le coup de l’ammoniaque (sur lequel les commissions de mes deux n’ont pas pris la peine de statuer), on se rappelle avec aigreur l’envoi des « minots » au prétexte d’une sécurité déficiente (on sait depuis que les supporters marseillais sont les blanches colombes passionnés qu’aime à nous dépeindre le Pape. Que pouvait bien nous inventer Diouf le Ouf pour son déplacement dans la capitale ? Est-ce la position de son club, inhabituellement derrière la nôtre qui a pousser le bonhomme a sortir l’artillerie lourde ? Non content d’avoir déjà lourdement fustigé le « comportement raciste » du Parc (c’est bien connu et ça marche à tous les coups), Diouf pousse la chose à élargir ce comportement aux joueurs du PSG eux-mêmes : "Un joueur avait souhaité travailler avec moi mais au dernier moment il a renoncé (Pape Diouf était agent de joueur avant d'être président de l'OM). Il ne savait pas comment serait perçu le fait qu'il travaille avec un... Noir ! Ce garçon s'appelle Jérôme Rothen".


 

(Pape Diouf et 10 centimes...)


De deux choses l’une, soit Roro est encore plus con qu’on l’imaginait, au point de dévoiler ce genre de propos à son interlocuteur : visez un peu la scène : « Salut Pape. J’ai très envie de travailler avec toi mais comme t’es un black, ça peut me la foutre mal… ». Soit le Pape a un compte à régler avec celui qu’il qualifiait il y a peu de « petit télégraphiste ». De l’eau a coulé sous les ponts mais à l’heure qu’il est, le temps passé ne m’a pas permis de mieux comprendre les propos sibyllins de Diouf ni même ce qui se cache derrière un « télégraphiste ». Une chose est certaine en revanche, la connerie semble équitablement répartie entre les deux bonzes. Qui plus est, les faits (transfert de Drogba notamment) ont apporté la preuve de la malhonnêteté crasse du président de l’OM). Alors, pour bien lancer le classicouille, à défaut de s’ériger en donneur de leçons, on ne saurait que trop se réjouir de voir le Pape continuer à clamer le retour prochain de l’ivoirien sous le maillot phocéen que de nous faire suer avec des propos constamment hors de propos. Se complaire dans le passé ne sera finalement pas différent de ce que fait ce club depuis 16 ans… En ce qui nous concerne, on est sereins, ce n’est ni Bazin ni la Gouïne qui devraient relever. Anigo pourra donc rester sagement en réserve de la république.

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Jer C 09/03/2009 15:38

Moins de 1h30 pour ton semi ! Bravo Ben Forest Labarthozic !