Ce soir, Guillaume régale

Publié le par Ben Labarthozic

Ecrire un samedi de pluie à Paris. Une journée triste comme un match en Lituanie. Alors, voir Kaunas et mourir ? C’est que j’aurais aimé vous parler du PSG mais visiblement, la seule info intéressante dénichée par le Parisien réside dans la venue au Camp des Loges d’un « comique » affublé du chasuble marseillais pour réaliser une interview d’un joueur parisien. Le tout grâce à la « complicité de Ludovic Giuly ». Courageux. Putain qu’est-ce qu’on se marre. Entre Paganelli et le Djamel Comedy, la L1 déchire grave…

 

(Frankie donne de sa personne pour égayer nos journées...)


Reste donc à espérer qu’on ne se marre pas autant devant une autre déchire dans quelques heures. Pour ce qui est de nous faire rire, on peut toujours compter sur Raymond. A défaut d’avoir cogiter sur l’équipe, ce dernier a bien dû penser à la nouvelle bombe qu’il lâcherait au micro de David Astorga en cas de déroute bleue. Après le mariage avec Estelle, le divorce avec la France ? Ah non, ça c’est déjà fait, pardon. Bon, donc, non, j’ai pas grand-chose à ajouter si ce n’est qu’à la vue de l’effectif français, et à la vue des grandes gigues composant l’équipe Lituanienne, on parierait bien que le petit Woaro ait sa chance sur le champ de patates qui s’annonce. Au rayon des paris pourris, je mettrai donc une piècette sur notre fer de lance. En plus, ça serait idéal pour l’interview de Ribéry dans le JDD : « ouais, c’est super, Guillaume apporte des solutions sur nos centres. Et puis j’ai rempli sa chaussette de moutarde à la fin du match dans les vestiaires, c’est pour ça qu’il est bonne patte… ». Vous l’aurez compris, un post placé sous le signe de l’humour pour lequel même Pape Diouf aura tenté d’apporter sa pierre à l’édifice : il dénonce ainsi, à propos du match à huis-clos qui lui est infligé, une « manœuvre dilatoire », une « décision inique » et une « envie capricieuse de dignitaires de la FFF de faire parler d’eux ». Là aussi, on comprend mieux que Ribéry ait décidé de partir. Ca doit pas facile de ne pas comprendre deux mots sur trois de son président. N’empêche, on se marre mais le président marseillais ouvre sa grande bouche. Sans allez jusqu’à dire que Babaze devrait puiser dans le vocabulaire du tribun marseillais, il serait peut-être bon qu’il s’inspire de son art de la contre-attaque. Parce qu’à tous les coups, la sanction sera levée. De notre côté, celle-ci ne manquera pas de tomber. Et dans ce cas, force sera de constater que le monde du football sera unanime pour vilipender le caractère dangereux de nos supporters. Ce sera toujours mieux que celui d’inculte du public français. Et ça aussi, dans l’Equipe du jour, c’est Ribéry qui le dit…

Publié dans paris-santa-blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chasseur immobilier 29/03/2009 11:43

Excellent.EM