Mieux vaut en rire…

Publié le par Ben Labarthozic

On a souvent pu croire par le passé que le PSG cherchait à tout prix à s’accaparer le titre de Benny Hill du foot français. Certains joueurs, comme Alonzo, semblaient même assumer ce statut avec une certaine jouissance (« ça ne serait plus le PSG si on ne se foutait pas de sa gueule… »). On ne va pas se la raconter, ce ne sont pas ces derniers mois et des résultats moins mauvais qu’à l’accoutumée qui ont totalement bouleversée cette perception. Mais au moins, la lourdeur des résultats ne venait pas s’ajouter à la honte et aux pitreries effectués par nos petits dirigeants, sans parler de nos joueurs.

Paul Le Guen s’en va, donc. Sans un bruit ou presque. Et en tout cas avec beaucoup moins de fracas que les espoirs que son arrivée avait pu susciter, sans doute un peu trop rapidement d’ailleurs. PLG s’en va et ça ne nous dérange pas plus que ça. Sauf que La Gouïne s’en va pour de bonnes raisons : un manque d’ambition doublé à celui d’un manque de moyen. Le pire des cocktails que l’on puisse imaginer pour un club de foot, alors quand il s’appelle Paris… avec ce spectacle, il ne faut pas s’étonner que des joueurs au pédigrée aussi fournis que Chris Malonga ou Eliseu « rêvent de jouer à Paris ». Après tout, je rêve bien moi-même de devenir un jour président de ce club. A voir tous ces bras cassés se succéder au poste, l’espoir reste de mise… Alors que l’OM a déjà jeté son dévolu sur la Desch’, une énième occasion de ressortir des vitrines poussiéreuses le titre de 93 et de faire revivre le passé, des noms « ronflants » circulent dans la gazette parisienne. Denoueix, Kombouaré sont cités. Pourquoi pas… Très franchement, à ce stade, à part Vahid, Wenger ou Houiller, pas grand-chose serait susceptible de me faire b…er. Casque d’Or a pour lui le tort de n’avoir entraîner que des équipes modestes. J’aime bien le bonhomme, sa philosophie mais je vois déjà gros comme un cochon à six pattes les discours à venir sur son inaptitude à entraîner un grand club, coacher de grands joueurs et sa capacité à maîtriser ses nerfs sur le banc parisien… Pour sûr, Kombouaré est déjà le seul être sur terre, non-parisien (au sens PSG du terme) à se faire épingler par une commission de discipline alors pour peu qu’il porte la casaque parisienne… Quant à Denoueix, pour sûr que c’est le top. Le bonhomme a une culture du jeu indéniable, c’est un homme de système et tout saut un con pour ne rien gâcher. Mais c’est peut-être là que le bât blesse… Cette homme n’est-il pas trop intelligent pour entraîner le PSG ? Et je ne parle même pas de son look qui pourrait lui desservir tout autant qu’une allocution trop pensée. 3 défaites et l’on aurait tôt fait de condamner le manque de carrure de l’ex-nantais, lui-même ayant précipité la chute du club nantais, en oubliant de préciser qu’il fût également le dernier entraîneur non-lyonnais à remporter notre Ligue 1…

(le laissera-t-on vraiment rentrer au V.I.P.?)

Ceci dit, Kombouaré et Denoueix demeurent deux options intéressantes, indéniablement. Elles offrent en plus l’avantage d’éviter un 22ème come-back de Fernandez dont on se doute que la rumeur fera son apparition un jour à venir. En revanche, un autre nom est cité. Il s’agit de celui d’Abel Braga. Braga… cela vous dit peut-être quelque chose… C’est l’éphémère entraîneur marseillais, choisi par Di Meco et dont les recrues portaient pour sobriquet Adriano… C’était l’époque où Jérôme Leroy était en passe d’être canonisé sur la cannebière. Braga donc. Sa simple évocation suffirait à rappeler à tout un chacun le niveau des pantins aux mains de notre club. En même temps, s’il n’y avait que nos dirigeants. Effectivement, on entend à nous Rothen… en réalité, il n’a jamais vraiment arrêté de parler et c’est bien dommage. Il nous l’a dit Roro, PLG était de plus en plus isolé. Lui a le « courage » de le dire mais laisse le soin aux autres, « suffisamment grands » pour s’exprimer sur le sujet. Pauvre Jéjé, il n’a déjà pas beaucoup de mots à son vocabulaire et il est incapable de donner un sens à ceux qu’il tente de maîtriser. Quand on pense que le type est capable de confondre « courage » et « couardise », on espère pour sa bien-aimée qu’il n’en va pas de même quand il parlait de « mettre ses couilles sur le terrain »…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Pippo 07/05/2009 18:59

Bon Landreau sur le départ ça me fait moyen rire, je l'aime bien quand même...Par contre Rothen et Bourillon c'est champagne :)

post-it 07/05/2009 14:27

de retour apres quelques vacances...et que vois-je...landreau serait sur le depart...ben vendons le vite!!!! on a bon gardien derriere!!!...Au pire on reprend coupet..y veut revenir en france...

Stardust Chris 07/05/2009 12:23

Et pourquoi pas Bazin Président-Entraîneur ? Ca pourrait être sympa, comme ça on a un salaire en moins et on pourra se payer Kezman à la place à la place d'un vrai coach qui a déjà un passé et des titres. Qu'en pensez-vous ?

Lyonnais anti OL 07/05/2009 09:57

Bonjour Pippo,C'est vrai que la double fonction est une chose en vogue au PSG en ce moment, y'a qu'à voir Bazin qui a lancé cette mode.Alors pourquoi pas? Cette rumeur n'est peut être pas si folle après tout ;)

Pippo 06/05/2009 20:19

Aller dans la série rumeur folle, j'ai une idée amusante pour le futur entraineur du PSG :Le Mak himself en entraineur joueur comme Gullit ou Zola ça pourrait être fun non ?