Jallet, ça me plait

Publié le par Ben Labarthozic

Ainsi, je ne vais pas faire dans l’originalité mais si un joueur doit symboliser notre début de saison, c’est donc l’homme qui a les mérites du titre du jour. A défaut d’être brillant, voilà un joueur qui s’accroche à son poste tel une moule de Bouchot à son rocher, trop conscient que s’il devait déconnait, Kombouaré ne laisserait pas passer. Bref, tout le contraire de ce qu’on a vu débarquer à Paname ces dernières années, des joueurs suffisants, satisfaits de leur place et trop conscients d’avoir atteint leur seuil de compétence pour se fouler l’orteil à l’entraînement. Suivez mon regard, le joueur dont je parle est en passe de se barrer pour Shalke, ce qui, soit dit en passant, devrait quand même peut-être appeler à une arrivée…

 

Jallet donc, prêt à jaillir pour offrir la balle de but à une Pégu’ acclamée par le Parc. Bref, du nouveau à Paris, ça, on l’avait compris. Mais surtout, pour la première fois depuis longtemps, la saine impression que les préceptes énoncés dans les discours sont enfin appliqués sur le terrain, à savoir de la combativité, de l’abnégation, bref, du sang et des larmes avant le talent. Comme en plus, le talent semble être là pour certains postes clés (Erding, Séssegnon…), on ne va pas bouder notre plaisir.

 


(pour le zizir...)


Pourtant, on lira dans l’Equipe du jour qu’aucun joueur n’a la grâce de dépasser la note royale de 6, en dépit d’une branlée (certes flatteuse) infligée aux Dogues. Même le but de Clément, dédié à Riolo, n’aura pas servi à attirer les bonnes grâces sur le bonhomme. Certes, cela serait un peu raccourci mais en ce qui me concerne, le match d’hier m’a plus à tous points de vue. Coupe-Coupe a fait montre d’autorité et même Armand nous a gratifié d’une prestation de haute volée, interceptant un nombre maousse de ballons. Alors, bien entendu, tout n’est pas parfait, Paname a du mal à concrétiser ses temps forts et continue de trop subir par moments mais à tout prendre, on est à 4 matchs pour 10 pions de pris. Meilleur début de saison depuis 5 ans et un coach debout tout le match qui n’a pas encore été exclu par l’arbitre assistant… que du bon…

 

Voilà donc comment s’est clôturée une après-midi ensoleillée. Celle-ci aurait pu ponctuer une fin de journée radieuse mais, là-aussi fidèle à ce que l’on va se taper une année durant, Canal +, Antony Gautier et tout ce que la Ligue 1 produit de pire s’est mise en branle pour faire monter la bile… l’hommage « aux larmes » (dixit Margotton) a donc eu lieu au vélodrome, pendant que Caragros (qui rêve de revenir à l’OM…) s’est vu infligé des « ho hisse inculé » pendant tout le match. Dis-moi où souffle le vent, je te dirais quel club tu supportes… Dans ce contexte, on comprend que Gaby s’épanouisse… Un Heinze qui, non content d’avoir vendu son âme au plus offrant, a également vendu son côté dur-au-mal… le fait de joueur aux côtés de Valbuena n’étant sans doute pas complètement étranger à la chose. C’est qu’hier soir, on a eu droit à la totale. La rentrée du lutin après la blessure de Koné qui avait pourtant trouvé le temps de nous gratifier de deux plongeons magnifiques (sanctionnés comme il se doit par l’arbitre du match). Puis Valbuena est entré. Et a plongé… comme l’ensemble de l’équipe phocéenne d’ailleurs. Hier, l’arbitre, tout de jaune vêtu était parfait dans son rôle de Baygon jaune. A croire qu’il avait sorti la bombe pour faire tomber les blancs comme des fiantes… dans certains clubs, la grippe A sévit, à l’OM, c’est la Valbuénite… A l’arrivée, 5 cartons jaunes pour les Girondins (qui n’en avaient pris qu’un en 3 matchs) versus 2 aux olympiens…  On le dit assez ici, on sait à quoi s’attendre cette année. Bien sûr, le spectacle n’aurait pas été complet sans LA faute d’arbitrage à l’encontre des…  girondins. Un Taïwo plongeant (tiens…) pour une faute bien moins évidente que celle dont il avait usité à la dernière minutes du match contre les lillois (cherchez pas, la presse l’a à peine évoqué…). On nous dit, sur les forums entrevus ici et là que l’OM méritait de gagner car il y a eu deux poteaux… Que voulez-vous, à Marseille, on est persuadé que l’influence de l’arbitre doit venir compenser les coups du sort (apparus dans le jeu ceux là). C’est une conception du foot dont Deschamps, pour l’avoir pratiqué de près, maîtrise tous les rouages… à côté des nausées, reste au moins pour nous le PSG de Kombouaré…

 

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Lyonnais anti-OL 03/09/2009 13:40

Tout pareil que Garfield : je me demande ce qui se passe...S'il n'y a pas de post d'ici ce soir, je crois que je vais faire une dépression nerveuse et m'acheter le bouquin de Rothen...

Garfield 03/09/2009 12:13

Qu'est-ce qui se passe ici? La commission de discipline a sanctionné ce blog pour toutes les critiques justifiées ou c'est juste parceque j'ai mentionné Bertrand Layec...

Lyonnais anti-OL 01/09/2009 15:00

Au revoir Rothen, et à l'année prochaine...Je suis sûr que Jérome va déchirer chez les Texas Rangers : c'est pas le club de son coeur mais il adore la série.Ca laisse environ 9 heures à Alain Roche pour recruter à l'arrache une perle brésilienne unijambiste. Souza a t'il un frère?...

foot 31/08/2009 23:42

http://footfanatics.over-blog.com/ Le nouveau Blog Foot allez tous jeter un oeil!!

Erwood 31/08/2009 21:08

D'accord pour Jallet.Concernant le but de Clément, çà vaut effectivement bien celui de Bastos, n'en déplaise à nos "amis" de l'Equipe.Après, pour le PSG, avoir été dans les bas-fonds du classement ces dernières années, çà vaut 1/2 page chez Amaury, contre une double-page pour Bordeaux/OM.