Le cœur des hommes

Publié le par Ben Labarthozic

Si cela continue, d’aucuns vont penser que je suis devenu un Raymond-Maniac. Et pourtant… On est bien d’accord, Raymond est un sale con et la si la foudre lui tombe sur le coin de la trombine aujourd’hui, il aura tout fait pour. Ce n’est d’ailleurs pas la conférence du jour dans laquelle celui-ci se réjouit d’une « ambiance super » chez les bleus qui risque de changer la donne. En même temps, je serais à sa place au Raymond, je jouerais sans doute la même partition, celle de l’homme mort pour la patrie, l’éternel incompris, étant donné que c’est à peu près tout ce qui lui reste, ses compétences footblalistiques (son coaching en atteste) n’étant pas le meilleur gage pour laisser une trace indélébile dans l’histoire de la chique…

 

En même temps, hormis Rothen et Valbuena, je n’aime pas trop lyncher un homme à terre (et encore, dans le cas de Valbuena, le choix n’est pas permis, ce dernier broutant tout le temps le gazon). En l’occurrence, on pourra toujours dire que les critiques qui sont réservés au sélectionneur sont mille fois méritées mais elles n’empêchent pas un brin d’objectivisme et de recul journalistique. A ce titre, l’article de Dominique Sévérac dans le Parisien du jour atteint des sommes populisto-cabalistiques… En tressant une ode à Titi Henry, en parant ce dernier des apparats du courage fait homme, la plume malheureuse du bonhomme oublie deux ou trois choses. Si Henry a toujours été un joueur au talent indiscutable, c’est aussi un type à la mentalité douteuse et dont les liens avec les journaleux n’est plus à démontrer. On se rappelle qu’au lendemain de son exclusion contre l’Uruguay, lors de la malheureuse world cup 2002, Ménes et ses potes auront consciencieusement oublier de tancer le joueur. L’histoire continue et se déroule sous nos yeux. Henry, c’est le même qui fustigé la presse d’attaquer sans cesse le coach, à une époque où lui-même n’était pas au mieux. En l’occurrence, son art de faire filtrer l’info pour mieux saborder son sélectionneur n’est ni courageux ni très malin, cela relève surtout les pires facettes d’un footeux. Qu’elles soient salués par Gilles Verdez et sa bande n’a rien d’étonnant. Le joueur de foot est ainsi fait que lorsqu’il perd, c’est de la faute de son entraîneur mais le gain du match lui doit toujours tout…

 

 

(une certaine idée de la classe...)


Pour ma part, hormis le coaching dont on connaît le résultat, je n’ai pas eu la sensation de voir un mauvais match de foot samedi soir. Cela ne dédouane personne mais quelle consternation d’entendre l’ensemble des consultants s’émouvoir de l’absence de Malouda sur le banc de touche. Ce sont les mêmes qui se tapaient la couenne en raillant les performances du Guyannais. Aujourd’hui, ce dernier serait redevenu indispensable. C’est heureux car ce fût toujours le cas. Il est juste dommage que l’on ait attendu de devoir mettre Domenech à la cave pour s’en rendre compte…

 

Ce matin, la question à 1 000 boules de RMC indiquait qu’à plus de 80%, les français (pardon, footix) pensaient que la France n’irait pas en Afrique du Sud. Sans doute les mêmes qui prévoyaient en majorité une défaite face au Togo en 2006… et pourtant, la France est quasi assurée de jouer les barrages en position de tête de série. Cela signifie qu’hormis la Suède, les adversaires seront « prenables », si tant que cela veuille dire quelque chose. A vrai dire, ce qui m’inquiète, ce n’est pas tant que la France n’aille pas à la Coupe du Monde 2010, c’est bien plutôt de savoir pourquoi et dans quel état nous irons là-bas… Tout le monde sait bien que Domenech aurait dû virer il y a un an. Est-une raison suffisante pour s’adonner au jeu de massacre ? Ca reste à démontrer. Et dire que certains voudraient voir Courbis à la tête de la sélection… au fait, ma question du jour : il devait pas aller en zonzon le Rolland… ? Enfin, pour ceux qui s’inquiétaient de mon état éthylique dans la nuit de samedi à dimanche, il m’a au moins permis de me marrer devant Argentine-Brésil… aujourd’hui, mieux vaut être supporter de Gourcuff que de Messi, c’est dire…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Bolo 08/09/2009 12:48

Y'en a vraiment qui voudraient voir Courbis à la tête de l'EDF ?????Remarque dans la logique footix et l'OM grand club, cela parait plausible...Normalement, il devait finir sa saison avec Montpellier et direct cas prison mais c'est vrai qu'on n'entend plus parler de cette histoire. Chelou

Garfield 08/09/2009 11:25

Courbis en cabane, Raymond au caveau et Malouda au placard... Après tout chacun sa boite!

brahim 07/09/2009 23:30

Je vois qu'on t'a laisser sortir de ta cellule de dégrisement!! Le Titi n'a il est vrai jamais été un exemple (et encore moins un leader) mais jusqu'a cette après-midi, je ne mettais pas ma main à couper quand au fait, qu'il soit  la taupe......C'était avant  que je tombe sur la derniere livraison du "yukusuna" des journaleux (je sais....)http://fr.sports.yahoo.com/fo/pierrotlefoot/article/987973/Ce dernier fait des pirouettes (façon de parler) pour prétendre en filigrane..... que son "enquete" ne l'a pas mener jusqu'au 06 de thierry Henry et par conséquent ne dispose pas d'infos de "première main"! Cette ficelle est trop grosse,presque assez  pour qu'il puisse s'y balancer! Tout ça pour dire, je suis d'accord avec toi.