Une imagination débordante

Publié le par Ben Labarthozic

Confortablement installé dans le TGV qui me conduit chez les chapeaux ronds pour une journée de labeur, mes pensées voguent vers le PSG… et donc vers vous ! et souvent, à l’instar du père Ducros, j’essaye au moins de donner l’illusion à mes lecteurs que je me suis décarcassé pour traiter un sujet original ou regarder l’actualité footeuse sous un nouvel angle, plus original… j’aurais pu, par exemple, vous parler la Discovery Channel qui embauche Ivan Basso et qui démontre bien à quel point le sport est vérolé de gens qui n’en font que peu de cas (ne vous inquiétez, on retrouve les mêmes dans le football quand il s’agit de tuer les petits clubs, petites nations, au profit des gros et grassouillets du ballon rond…). J’aurais pu vous parler de Bernie le Fou qui fustige l’arbitrage clément réservé aux Blacks, ce que Claude Droussent, dans son édito du jour, trouve assez normal… et puis à la fin, je tombe sur l’article consacré au PSG et je me dis : « pourquoi se donner tant de mal… ? ».

 

(après Vahid le diktat, Bernie le Fou...)

Damien Degorre, le nouveau carabinier des bleus et rouge prend donc aujourd’hui point par point la méthode Moustache , l’analyse au peigne-fin et dégoupille en règle… bon, je vais vous faire économiser 80 précieux centimes sur ce coup… les jeunes, les cadres, le bilan comptable, rien qu’on ne sache déjà. Face à ces faits, Degorre oppose la sagesse présidentielle de Cazac : « un bon entraîneur est bon partout ». Voilà qui est dit, bien dit, et qui vaut tous les torchons que pourra empiler ce souillon de Degorre dans les mois à venir… une autre donnée intéresante ? le bilan comptable de la Moustache. Il est là, en gros, comme pour souligner qu’il est beaucoup moins bon que celui de Lolo. Mais il souligne également que ce dernier était moins bon que celui de… Vahid… et quand on sait le sort qu’a réservé ces journaleux à ce dernier, voué aux gémonies, on comprend la force de l’argumentation chiffrée…. Les principaux griefs reprochés au coach bosniaque ? sa sévérité légendaire bien entendu ! son recrutement douteux aussi… son manque de remise en cause évidemment… et Lolo dans tout ça ? ah, Fournier, il était trop inexpérimenté… et trop gentil aussi… mais à part ça, le modèle, c’est Lyon et la stabilité…. Mais à Paris, c’est pas possible, y a pas le temps nous disent ces mêmes fins analystes… mais le temps, qui le donne au juste ? le président ? certes non… suivez mon doigt… qui a vraiment besoin de remous dans tout ça ?? et au fait, les choix stratégiques de l’expérimenté Emon, vous en entendez beaucoup parler vous… ?

 

Pour découvrir un nouveau blog:http://www.clickoblog.com/auracf87827895ed2bc9854

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article