Comme un symbole

Publié le par Ben Labarthozic

Voilà, c’est fait, et avec la manière (c’est-à-dire, aux points et non à la différence de buts). Le match d’hier fût riche d’enseignements et tomba à point nommé. A point nommé car en 90 minutes nous avons pu avoir un condensé de toute la saison : un Merdy nul à pourrir, jouant avec des sabots de 3 tonnes, mettant deux plombes à se relever après chaque action et remontant le terrain au petit trot… un 6C capable de fulgurances au milieu d’un torrent de passes ratées, de tacles pieds levées… un Rozenhal aux relances plus qu’approximatives et pas serein pour un sou. Bref, vous l’aurez compris, peu de raisons de se satisfaire de cette saison, juste un gros soulagement. Vous pourrez penser que je joue les rabats joie mais il faudrait être fou pour se contenter de cette année, de ces mois de galère pour un supporter de Paname qui va poser son dargeot dans la froidure d’un mois de décembre pour voir son équipe sombrer…


(Alain Roche a commencé à prospecter...)

En tous les cas, hier soir, on a bien cru qu’on aurait pu le perdre ce match. Et par conséquent, les dirigeants seraient bien inspirés de s’en inspirer pour ne pas repartir sur les mêmes bases. Une grande lessive s’impose pour virer un paquet de starlettes qui n’ont, c’est maintenant certain, pas la carrure pour jouer au Parc. Et pour ceux qui auraient encore un doute, à les voir péniblement soulever la bâche portant l’inscription « merci, on n’a pas lâché » pour remercier ses supporters, la tournant nonchalamment et sans prendre la peine de la ramener jusqu’aux vestiaires, on comprend que la plupart de ces gusses étaient pressés d’aller « fêter » le maintien en L1. Je pourrais parler d’un triste épilogue mais cela aurait pu être pire et sanctionné par une défaite. On va donc arborer son plus beau sourire et se réjouir de voir que Pierre-Michel finira meilleur buter de la saison, plus petit total depuis Bernard Zénier (lequel m’avait signé un autographe dans mes plus jeunes années). Un record à l’image d’une saison merdique pour un championnat qui ne le fût pas moins. La preuve ? L’OM en termine dauphin malgré 12 défaites au compteur. Seulement deux de moins que Paname, c’est dire. Aux dernières nouvelles, RLD, après avoir traité ses joueurs de « petits bourgeois de merde », ne serait plus vendeur. Mais bon, il paraît qu’il disait la même chose quand Marseille menait en finale, avant le résultat que l’on sait. En attendant, l’Equipe se remet à rêver…

 

Pour découvrir un nouveau blog:http://www.clickoblog.com/auracf87827895ed2bc9854

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Tedik 21/05/2007 09:38

Et oui, voici le seul enseignement de la saison que l'equipe va retenir : Marseille en C1. Bon, faut avouer que ça fait mal au c.., quand même, de se dire que cette équipe de branquignols va aller tâter du MU ou de l'Inter l'an prochain. Tout le monde oublie que lors de son 'final canon', l'OM s'est vu avantager par un arbitrage laxiste et corrompu (voir la multitude de pénos sifflés pour l'OM vers les 70-80ème minutes de matches bien bloqués, comme contre Nancy par exemple, voir l'absence de sanction valable contre la diva Cissé suite à son high kick sur Yepes, etc.. ) Enfin bon, c'est l'OM, quoi, saison de merde, ça tu l'as dit Ben...Au fait si tu t'ennuies pendant l'intersaison, n'oublie pas la proposition que je t'ai faite il y a quelques temps...(en tout bien tout honneur, s'entend!)