L’étalon Paris

Publié le par Ben Labarthozic

Non, il ne s’agit pas d’un article co-signé avec Omar Sharif. Encore moins d’un film avec Dirk Diggler. Pour vous faire patienter encore quelques jours d’ici la reprise, alors que les joueurs ont l’air aussi impatients que nous que la reprise débute, je me suis coltiné un article de l’equipe.fr où il est fait état du peu d’entrain mis par les publics de France et de Navarre à supporter leurs clubs de foot. Le type s’appelle Vincent Chaudel et si ce qu’il dit n’est pas dénué de sens, on n’apprend pas grand-chose de neuf. En substance, il y a peu de grands bassins de population dans notre pays et notre culture centralisatrice nous vaut de mettre tous nos ballons dans une seule cage pour n’avoir qu’un seul club de foot par région (contrairement aux Milan, Madrid, Londres et autres Manchester). Moi, je dis qu’on peut ajouter que dans nos contrées, on n’aime pas vraiment le sport, activité longtemps (et encore) considérée comme le summum de la beaufitude. Bien sûr, on entretient pour certaines activités un culte qui voudrait que vous et moi n’aimons pas le même « genre » de sports. Ça vous classe un homme. Hier, c’était le tennis et Roland Garros, aujourd’hui, le rugby et sa coupe du monde à venir…

 

(un étalon à suivre...)

Mais pour revenir aux considérations centralisatrices, Chaudel a ces phrases qui résument tout : « nous avons une rivalité originale entre la Province et Paris. Elle s'incarne dans l'opposition entre le PSG, symbole du pouvoir centralisateur, et l'OM, représentant la rébellion face à ce pouvoir, mais pas seulement : partout, on se déplace pour voir Paris... et s'y mesurer ! ». Et puisque je tiens pour vrai une autre tradition très française qui veut que l’on aime le petit poucet, que l’on abhorre le grand et que l’on ne souhaite rien d’autre que son déclin, je tiens pour vrai que tout le monde se gausse quand les rouge et bleus se trouvent dans la panade. On ne reviendra pas sur les conséquences arbitrales, maintes fois démontrées ici et que seule la subjectivité partiale de ceux qui ne veulent pas lire les chiffres abruptes, refusent d’admettre (mais y en a-t-il vraiment beaucoup au fond ?). Voici donc en tout cas une petite piqûre de rappel à l’heure de la reprise, histoire d’indiquer aux nouveaux, et aux autres, que si le mercato a effacé les ardoises, il faudra encore une fois batailler et jouer à nouveau contre arbitres, ligues et les toutes petites personnes que sont Riolacci et ses sbires pour s’imposer en haut du classement. Ce matin, la Une de l’Equipe titrait : « Quel bel OM ! ». Deux pages plus loin, un article sur la répression dans les stades avait en son centre une photo des méchants supporters parisiens… et dimanche, le mafioso Anigo se refaisait une virginité en page centrale à travers une interview putassière comme seule l’Equipe sait faire pour vendre un dimanche d’arrivée de Tour de France… tout est dit… soyons prêts…

 

 

 

Pour découvrir un nouveau blog:http://www.clickoblog.com/auracf87827895ed2bc9854

 

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Iron 02/08/2007 08:09

Ouh... ça devient difficile de trouver des sujets, hein Benny! Bon, allez, t'en fais pas, dans 2 jours, ce sera plus faciles! A samedi!!

Tedik 01/08/2007 11:17

Ah, l'éternel débat du meilleur public de France...Au fond ça veut dire quoi, le meilleur public? Le plus grand nombre d'abonnés, de clubs de supporters, de tifos, de supporters en déplacement, d'écharpes vendues au stade, de parts de pizzas vendues dans les travées?
 
Quant à Anigo, voilà un personnage bien marseillais, stupide, creux beauf au possible et dénué de neurones. Il n'y a qu'à voir sa récente passe d'armes avec Fiorèse...