Les incompris de la chique

Publié le par Ben Labarthozic

Tout le monde déteste Raymond mais on peut lui reconnaître une chose, ce dernier ne va pas se retrancher derrière les incompréhensions du grand public pour s’insurger de la vindicte qui montre contre lui. Les matchs parlent d’eux-mêmes. En revanche, si le métier de sélectionneur est aussi ingrat qu’inaccessible, le fossé entre les footeux et les ministres se rétrécit à vue d’œil. Si l’on n’est pas bien sûr de voir des politicards se mettre à tâter le cuir de sitôt, on peut en revanche foutre un bon gros bifton sur des joueurs de chique franchissant le rubicon. Après tout, Bernie le dingue a bien été nommé secrétaire d’état aux sports et à l’heure où la Barack-à-frites (qui n’est pourtant pas lensoise) obtient le Nobel de la paix, tout est possible. De Zidane à La Gouïne, on a déjà quelques bonhommes prêts pour la langue de bois…


(Des philosophes des Lumières...)

Mais diable vous dites-vous certainement, que de digressions pour en arriver où ? Quoi ? Frédéric Mitterand va-t-il se foutre à la boxe depuis que l’on sait que les « gosses » avec lesquels il avait des relations étaient en fait des boxeurs de son âge… ? On n’entrera guère dans cette polémique après que ce forum ait déjà essuyé les échanges à fleurets-mouchetés sur le PFG (qui n’a rien à voir ni avec le PSG, ni avec PLG…). Non, on soulignera juste que de propos incompris à d’autres, il faudra désormais que le lecteur/auditeur que nous sommes soit bien attentif à ce que nous diront les sportifs. Ainsi en va-t-il de Benzéma qui ne comprend vraiment pas pourquoi une telle tempête dans un verre d’eau au lendemain de ses déclarations (i.e. « en EDF, j’ai plutôt envie de me masser le tracassin que de faire tourner les cannes… »). Non, il n’a vraiment pas compris pourquoi une telle réaction de la part du public. Ou plutôt si, Karim a la réponse, en réalité, le dit public ne l’avait pas compris… Ah, le Galactico n’a jamais voulu dire qu’il souhaitait se les rouler avec les bleus mais qu’en fait, il était très « frustré de sa situation ». Dans la bouche de Karim, frustré rime donc avec ramier… il fallait le savoir. En même temps, il a été à bon école avec son meilleur pote Ribéry, l’ex-futur Galactique, qui a réussi l’exploit en 2 semaines et 3 agents de déclarer qu’il ne voulait plus jouer avec le Bayern de cet enclumé de Van Gaal avant d’annoncer qu’il n’avait jamais dit ça et que le batave était son meilleur ami…

Tant pis pour nous donc, pauvres pousse-crayons qui ne maîtrisons pas le vocabulon du parfait footeux… Bien entendu, dans ce monde parallèle, vous aurez bien compris que Cannavaro, ci-après ballon d’or ne s’est jamais dopé de sa vie, pas plus que Lance Armstrong ou Christophe Dugarry… un monde parallèle dans lequel même les supporters de l’OM sont gentils. C’est pas nous qui le disons, c’est Dadass’, l’homme qui ne connaît pas le mot « crise » : « Nous construisons avec nos supporters une relation qui permettra d’amener une pérennité commerciale tout en amenant les groupes à faire des efforts avec nous, notamment en les sensibilisant pour les fumigènes qui nous coûtent beaucoup. Mais Marseille n’a pas des supporters violents et tout le monde ne peut pas en dire autant ». On n’est pas certain de savoir à qui il fait allusion mais dans le doute, on se contentera de souligner que les mots « commerciale » et « supporters marseillais » vont trop bien ensemble pour rompre cette jolie ritournelle de l’ancien homme lige de la Une…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article

Parigi Mancino 10/10/2009 09:48


Bon, pour ceux qu'ont pas vu France - Malte espoirs...
1) Sakho n'a évidemment pas eu grand chose à faire, mais par rapport à Capoue, on sent déjà une énorme différence en termes d'assurance, de puissance, de jeu de tête et (bonne nouvelle) de
relance.
2) Sankharé était le seul joueur (avec N'Gog) qui fasse exception à la règle de Mombaerts selon laquelle seuls les titulaires en club sont titulaires en EdF. Encore une fois, très belle perf' de sa
part (même s'il n'a joué qu'une heure), avec un jeu qui se met vraiment au service du collectif et, notons-le, une hargne époustouflante (y compris face à une très faible équipe) qui montre
peut-être que le bonhomme est rapidement arrivé à maturité et qu'il perdra sous peu sa réputation de "dilettante".
3) N'Gog a encore une fois montré un bagage technique très intéressant et des qualités de vitesse indéniables, mais son jeu "zlatanien" commence vraiment à me les briser... Lâche ton ballon, pépère
!

Voilà, au final, victoire 2 - 0, qui aurait pu être minimum 5 ou 6 - 0 si l'on était pas tombé sur un gardien en très bonne forme et si des défenseurs maltais n'avaient pas sauvé deux ballons sur
leur ligne de but.


Parigi Mancino 09/10/2009 19:47



Un petit article d'Arrêt Sur Image que j'ai reçu mercredi sur ma boîte mail :


 


"A priori, l'affaire du Créteil Bébel, club de foot musulman qui refuse de jouer contre le Paris Football Gay, club de foot gay, semble trop belle pour être
réelle. Trop belle, c'est à dire trop évidemment taillée sur mesure pour les humoralistes des radios du matin (Carlier d'Europe 1 ne s'y est pas trompé, qui décernait solennellement ce matin un
carton rouge au club musulman), et pour les débats à rallonge sur les plateaux, et dans les forums. Sans parler de Rama Yade, qui a foncé dans la trouée, avec davantage de chances de succès que
lors de sa tentative télévisée de serrer la main d'Obama. On dirait un canular des lascars d'Action Discrète de Canal+, à l'échelle nationale, et dont nous serions tous les pigeons.


> Ce qui frappe d'abord, c'est l'argument des dirigeants du Paris Football Gay : "il y a chez nous des homos et des hétéros". Mais alors, pourquoi l'avoir appelé PFG
? Et si l'on assume l'identité gay, pourquoi avoir besoin, à la première polémique, de ressortir ses hétéros alibis ? A l'inverse, le Créteil Bébel ne s'affiche pas musulman pratiquant. Aux yeux
d'un non initié, il pourrait passer pour un club tentant de concilier l'ardeur footballistique et la dévotion à Jean-Paul Belmondo. Mais l'identité musulmane est manifestement constitutive de
l'âme du club, puisque c'est ainsi qu'il justifie son refus de jouer. Alors, pourquoi ne pas l'afficher ?


> Ce qui frappe ensuite, c'est l'évidence absolue dans laquelle semblent se mouvoir les hommes du Bébel. "A partir du moment où eux défendent leur cause, pourquoi moi je
défendrais pas la mienne ?" avance le responsable du club. pas le moindre doute à leurs yeux, que le Coran leur interdit de jouer contre les Gays. C'est à celà qu'on reconnait les grands
textes : ils avaient tout prévu. En annexe du Coran, figure sans doute un tableau des interdictions et incompatibilités, d'une validité d'une vingtaine de siècles. A l'ère des concurrences
identititaires, on connaissait déjà la concurrence noirs contre Juifs, esclavage contre Shoah. Musulmans et gays sont désormais incompatibles : si les identités sexuelles et religieuses entrent
aussi dans le jeu de la concurrence, il va falloir revoir les algorithmes. On attend avec impatience le tableau des compatibilités, ou incompatibilités, des Juifs, des Auvergnats, des
végétariens, et des pêcheurs sur la Marne.


>  


>  


> Daniel Schneidermann"


 


Pas mal, non ?