Vas-y mollo Tonio…

Publié le par Ben Labarthozic

Le PSG n’est pas encore ridicule mais il s’en faut de peu. A dire vrai, et sans jouer le petit boutiquier pessimiste de service, il pourrait ne s’en falloir que de quelques jours, dimanche, pour que l’on sombre de l’autre côté de la barrière… il est encore trop tôt pour analyser les tenants et aboutissants du classicouille à venir mais on évitera pas les clichés en disant que nous sommes un tantinet inquiets…

 

En même temps, il est un signe qui ne trompe pas, personne ne parle de crise à Paname. Kombouaré est en passe de rééditer l’exploit de PLG de ne pas être inquiété par une vague oppressante de résultats négatifs. A ce titre, on dira bien ce qu’on voudra mais on a connu des plus moustachus qui n’ont pas attendu d’avoir la moitié des points de Casque d’Or pour être cloué au pilori du vestiaire, de la presse et de son public. Suivez mon regard mais un petit indice si vous êtes chez vous… l’entraîneur en question, depuis qu’il a quitté Paris, n’a jamais fait moins bien que le club de la capitale.

 

Cette légère digression étant faite, comment analyser cette absence de crise en temps de gros grain ? Elle tient en grande partie au contenu des matchs que livre Paname. Au niveau de l’état d’esprit, de l’envie et même (osons-le) de l’application, pas grand-chose à reprocher à cette équipe. Ajoutez à cela la convocation du sorcier vaudou qui s’est acharné sur Cristiano Ronaldo pour s’occuper du PSG (sans doute une énième manigance du gros José) et vous pourrez voir dans l’hécatombe de blessures parisiennes une autre raison pour expliquer la bienveillance à l’égard du groupe parisien. Ceci étant dit, ce constat amène deux conclusions. D’abord et d’une, si l’équipe fait son maximum, la seule explication restante réside dans un manque de talent criant… en l’absence de recrutement (et tout porte à croire que ce sera le cas), il sera difficile de remédier à ces maux. La deuxième conclusion est la résultante de la première, à force de se satisfaire d’un bilan comptable famélique, mâtiné de discours Le Guéniens, la thèse soulevée par Stardust et tant d’autres prend forme : cette équipe continue de sombrer lentement dans la médiocrité que ses dirigeants ont instauré comme règle il y a quelques années…

 

 

(Le Témoin du Mal: le jour où Paulo a contaminé Tonio...)


Bien entendu, d’autres solutions existent mais on doute qu’elles auront valeur de miracle. Il serait peut-être bon, par exemple, que Tonio dresse le bilan d’échec d’un Séssegoal jouant à gauche. Moi-même suis prêt à battre ma coulpe (c’est dire). Séssegnon à gauche, j’y ai cru. Depuis, j’ai vu, et j’ai perdu. Que Kombouaré fasse le même constat ne me ferait pas seulement plaisir mais réjouirait aussi sans doute le joueur qui lui, ne se cache même plus de vouloir jouer dans l’axe tant il repique à la première occasion venue… et puis, à tout prendre, dans un système en losange, cela donnerait au moins une vraie bonne raison à Sylvain Armand de déserter son poste pour gambader sur son aile plutôt que de se gratter l’oreille en se demandant comment a-t-on fait pour se prendre un nouveau pion par sa faute…

 

Mais enfin, si la crise n’existe pas (encore) à Paris, on reste dans le poncif en affirmant qu’elle couve. Et quitte à se choper une crève hivernale, il serait de bon temps qu’on y adjoigne pas le ridicule avec ça. Pour s’éviter ces tracas, on ne saurait que trop conseiller à Coupe-Coupe et ses potes, entraîneur en tête, de commencer à la fermer. D’un qui vise le titre à l’autre qui prétend devoir taper la terre entière, il s’agira de leur expliquer que les discours s’accordent en fonction des faits et non le contraire. En tout cas, cette dernière option n’a que rarement été productive, en particulier à Paris.

 

Pour finir sur ce post qui, pour une fois n’aura pas traité de l’OM, on notera pour la bonne forme que l’absence d’un certain Serbo-Croate est quand même à déplorer à l’heure actuelle… de là à le rapatrier en France, comme le suggère notre canard du jour, c’est un pas que nous serions prêts à sauter. Après tout, pas besoin de maîtriser le 4ème décan d’automne comme Domenech pour savoir que lorsque Woaro squatte l’infirmerie, mieux vaut un honnête Kezman sur le terrain qu’un prometteur Maurice (Jean-Eudes) le cul vissé au banc… en parlant de Domenech, on ne sait pas trop qui du Trap ou du public Irlandais il faudra craindre le plus au mois de novembre mais sans sombrer dans les discours incantatoires critiqués plus haut, faudrait voir à pas nous raconter que des joueurs répondant aux sobriquets de Kilbane ou Doyle nous fassent suer la nuit. Ou alors il sera vraiment tenter de pendre Raymond par les parties sur le génie de la Bastille…

Publié dans paris-santa-blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zwoo 21/10/2009 10:15


salut,

quand je vois les résultats de monaco, montpellier, lyon et le nombre de jeunes joueurs qu'ils alignent je me dis que notre centre de formation doit vraiment être médiocre ... pourtant il me
semblait que la CFA faisait souvent des saisons honorables ?!
mais quand je vois les perfs de monaco (bien qu'irrégulier) en alignant des mollo, moulungugu, gakpe, nkoulou etc ... ou hier soir le lyonnais qui fait non seulement un match correct en
champion's league à Anfield qui plus est et qui en plante un ! et quand je pense à dimanche je vois la ribambelle de truffes dont on nous promet un bel avenir qui ne viendra jamais : n'goyi,
chantome, maurice, arnaud, partouche et ceux qui sont déjà parti et confirmé leur médiocrité mabiala, boli etc ... pfff à part sakho on a rien sorti du centre de formation depuis quand ? anelka ???
pfff ...
et hier soir n'gogo titulaire ! m'enfin vu son match il aurait mieux fait de rester en L1 ...

bon désolé je commence la journée de mauvaise humeur :(
mais je suis bien content de la victoire lyonnaise, méritée pour cette équipe combative qui en prend plein la tronche depuis des années alors qui maintiennent en vie à eux seuls le foot français !


post-it 20/10/2009 22:46


en tout cas..beau match de foot ce soir....bravo lyon!!!....loris....impressionnant!


Ben Labarthozic 20/10/2009 19:57


Tu sais, je sais pas très bien ce que veut dire le terme "coulpe" non plus... mais croupe, ça sonnait moins bien dans le contexte...


Bolo 20/10/2009 19:29


Et ça continue... A ce rythme là, je vais apprendre un mot par jour (ce coup là c'était la coulpe)! Tranquille...

Par contre, pas compris l'histoire de Cristiano Ronaldo.


Stardust Chris 20/10/2009 18:12


Pris sur un forum... de qui parle-t-on ? Je précise, il ne s'agit que d'un seul et même joueur. Un indice : il parle comme un idiot en se grattant l'oreille.

- Spahic (Montpellier) : il laisse le bosniaque seul au six mètres dans son dos.
- Helstad (Le Mans) : Il perd son duel avec Maïga de la tête qui amène le but.
- Mater (VA) : la frappe vient de son côté, mais ne bouge pas et reste à distance respectable du joueur (c'est Clément qui vient le presser).
- Gomis (Lyon) : Le combo "je laisse partir dans mon dos puis je lève le bras".
- Hadji (Nancy) : Laisse Hadji libre de tout marquage partir devant lui et ne prend pas la peine de prévenir Sakho.
- Ebondo (Toulouse) : Se fait avoir comme un amateur par le crochet de Sissokho, tout en ayant déserter son côté gauche. La cerise étant le lever de bras.

Nous en sommes à 7 buts sur les 10 de pris. Non franchement c'est la classe... j'ai envie de chouiner. Un bô ratio de 70% pour sa pomme.