En première partie

Publié le par Ben Labarthozic

N’Gog ne resignera pas à Paname et d’un coup, tout est dit sur le niveau auquel notre petit club se situe. Qu’un joueur, désigné il y a encore un an comme étant le nouvel Anelka, le successeur de Pedro et qui nous a surtout démontré qu’il courrait aussi vite que Pochettino avec les contrôles de Francis Llacer. Que ce joueur, donc, puisse considérer qu’il trouvera un avenir plus radieux dans un autre club que celui de son « cœur » en dit long sur notre ambition. D’ailleurs, les joueurs ne s’en cachent même plus. D’aucuns, comme ZoomZoom et la Clém’ déclarent ainsi qu’il faudra faire mieux que 16ème (sic) et que finir dans les 10 premiers serait déjà pas si mal.

(avec ça et un peu de réussite en plus, on doit pouvoir viser entre 13 et 14...)

Vous me direz, cela s’appelle faire preuve de lucidité. Moi-même, peu désireux de revivre une fin de saison à jouer les Docteur Kawashima en me demandant sans cesse le nombre de points à collecter pour éviter la fessée, je me prends à rêver d’une saison au cours de laquelle nous aurions 5 ou 6 points d’avance sur le premier relégué à trois journées de la fin. Folie douce, je le sais… et en même temps, alors que Diané et la Digue ont fini par dépassionner les débats en se barrant au Quatar et chez les Roastbeefs, triste témoignage d’une toute aussi triste actualité du PSG, on voit arriver les poulets du Mans à grand renforts de millions d’euros. S’il y en a un qui va se taper une bonne cloche dimanche soir, ce sera le président du MUC. On parle de 8 patates pour Basa et de 9 pour Séssegnon. Nous savons déjà où sont passés les dinars de Diané et Digard. Et franchement, 17 millions pour le duo manceau, c’est peut-être à l’image de La Gouïne mais ce n’est pas vraiment fait pour me plaire. Non pas que ces deux lascars ne valent pas le détour. A vrai dire, je connais à peine Sessegnon et je trouve Basa très bon. Mais merde, 17 millions quand même… ajoutez à cela le Briand qui rentre dans la danse, qui, si tout se passe bien signera pour 9 à 10 millions de plus la semaine prochaine et vous avez près de 30 patates d’évaporer pour des joueurs dont aucun n’a (encore) l’envergure internationale. Donc ouais, ça me fait un peu chier quand même si vous me permettez un écart de langage passager. On pourra toujours dire que je joue les pisse-froid mais si l’on n’entend plus parler de Roche, on devine la patte de Paulo derrière chacune de ces recrues. Et ça, ce n’est pas fait pour me faire marrer. Pas autant en tout cas, que le nouveau tour de France du renouveau sur lequel souffle un nouveau souffle et dans lequel on croit déceler un nouvel état d’esprit pour enfin entrer dans une ère nouvelle… la rupture quoi. Le TDF, c’est comme le PSG, chaque année on a envie d’y croire et chaque année est pire que la précédente…

Publié dans paris-santa-blog

Commenter cet article